Cet article a été publié le: 22/03/22 16:39 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Interdiction à Kaniasso d’ouvrir des magasins de stockage de noix de cajou dans les villages frontaliers

Odienné, 22 mars 2022 (AIP)- Les autorités préfectorales de Kaniasso, pour contrer le phénomène de la fuite de la noix de cajou, ont arrêté une série de mesures conservatoires dont celle interdisant l’ouverture de magasins de stockage dans les villages et localités limitrophes avec le Mali voisin, relevant des sous-préfectures de Goulia et de Mahandiana Soukourani.

Les deux sous-préfectures de ce département de la région du Folon, dans l’extrême Nord-Ouest ivoirien, sont particulièrement confrontées au problème de la fuite du cajou, plus de six semaines après l’ouverture de la campagne 2022 de commercialisation.

La tentation reste grande pour les paysans et acheteurs de ces contrées de diriger le produit vers le Mali voisin où le prix d’achat bord champ est plus attractif. Autour de 400 F CFA/kg contre le prix plancher de 305 F en Côte d’Ivoire.

Une tendance à la hausse du prix d’achat (autour de 350 F) est observée mais les producteurs des villages frontaliers subissent les assauts d’acheteurs venus de l’autre côté de la frontière qui concourent ainsi à la  fuite de l’anacarde. Surtout dans un contexte où la demande est encore largement supérieure à l’offre, dans la zone, en ces premières semaines de la campagne 2022 de commercialisation.

Dans un arrêté, le préfet Akpa Aimé Roland, à titre conservatoire, interdit ainsi le stockage de produits dans ces villages frontaliers.

L’arrêté préfectoral interdit également les mouvements de véhicules ou tout autre engin roulant transportant des noix de cajou de l’hinterland vers les frontières   intérieures du département.

Le document dispose aussi que des postes de contrôle sont créés et tenus par des forces mixtes à des endroits névralgiques. Des forces à qui autorisation est donnée de procéder à des contrôles systématiques, en tous lieux, des documents de commercialisation.

Les camions chargés de noix de cajou sont aussi  interdits de circulation dans la zone entre 19 heures et 6 heures du matin.

Ces mesures sont en vigueur depuis le 8 mars 2022, date de signature de l’arrêté qui avertit que tout contrevenant verra son produit et son camion saisis et remis aux autorités compétentes aux fins d’une procédure régulière.

La Côte d’Ivoire reste confrontée au problème de la fuite de sa production de cajou vers des Etats limitrophes. Lors d’une conférence de presse en février 2020, le directeur général de conseil du coton et de l’anacarde, Adama Coulibaly avait avancé qu’entre 150 000 et 200 000 tonnes de noix de cajou sortent frauduleusement du pays, équivalent à près de 17 milliards de FCFA de manque à gagner pour l’État.

Plus de sept tonnes d’anacarde ont déjà été saisis dans la région du Folon en  partance pour le Mali selon la délégation coton anacarde locale, depuis l’ouverture de la campagne. Six tricycles chargés de 60 sac (environ six tonnes) ont été stoppés samedi 12 mars 2022, dans la sous-préfecture de Mahandiana-Sokourani (département de Kaniasso). Quelques jours auparavant, 18 sacs (plus de 1,5 tonnes) avaient été saisis à Tiéfenzo (sous-préfecture de Kimbirila Nord, département de MInignan).

Les autorités préfectorales de Kaniasso appuyées par la délégation régionale du conseil coton anacarde d’Odienné multiplient par ailleurs les activités de sensibilisation des producteurs toujours dans le même objectif de lutte contre la fuite du produit.

(AIP)

kg/ask