Cet article a été publié le: 8/10/20 16:17 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/International/ La COVID-19 freine les services cruciaux de santé mentale en Afrique, selon une enquête de l’OMS

Abidjan, 08 oct 2020 (AIP) – Des déficits de financement majeurs freinent et perturbent les services cruciaux de santé mentale en Afrique, alors que la demande pour ces services augmente dans le contexte de la pandémie de COVID-19, révèle une nouvelle enquête de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

L’enquête, menée dans 28 pays africains, a été réalisée dans le cadre du premier bilan global de l’impact dévastateur de la COVID-19 sur l’accès aux services de santé mentale. Elle souligne le besoin urgent d’un financement accru. Parmi les pays ayant répondu dans la Région africaine, 37 % ont indiqué que leurs plans d’intervention en matière de santé mentale dans le cadre de la COVID-19 sont partiellement financés et 37 % ont déclaré ne disposer d’aucun financement.

Cette situation survient alors que la pandémie de COVID-19 augmente la demande de services de santé mentale. « L’isolement, la perte de revenus, le décès d’êtres chers et un déluge d’informations sur les dangers de ce nouveau virus peuvent accroître le niveau de stress et déclencher des problèmes de santé mentale ou exacerber ceux qui existent déjà », a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Les pays africains comptent 15 des 30 premiers pays au monde en termes de suicide pour 100 000 personnes. Bien qu’il existe peu de données sur la manière dont la COVID-19 aggrave les problèmes de santé mentale sur le continent africain, une étude réalisée en Afrique du Sud a révélé que 10 à 20 % des 220 personnes interrogées ont déclaré avoir vécu de fortes expériences d’anxiété et de peur à la suite de la pandémie.

Une autre enquête menée auprès de 12 000 femmes dans des communautés à faibles revenus en Ouganda et en Zambie a révélé une augmentation du stress, de l’anxiété et de la dépression persistants.

L’évaluation des services de santé mentale par l’OMS a eu lieu en juillet et août 2020 et 27 des 28 pays africains qui ont répondu ont inclus la santé mentale dans leurs plans d’intervention face à la COVID-19, soulignant la prise de conscience croissante de l’importance de ce domaine de la santé autrefois négligé.

(AIP)

cmas