Cet article a été publié le: 21/09/21 15:20 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/International/ Le rétablissement de l’Afrique après la pandémie sera complexe (Rapport)

Abidjan, 21 sept 2021 (AIP) – Un spécialiste mondial de la gestion des risques, Control Risks et Oxford Economics Africa, ont annoncé mardi 21 septembre 2021, le lancement de la 6ème édition de leur “Africa Risk-Reward Index” qui révèle que le rétablissement de l’Afrique après la pandémie sera complexe.

Africa Risk-Reward Index est le guide de référence pour les décideurs politiques, chefs d’entreprise et investisseurs, rapporte un communiqué publié par APO Group. Le rapport décrit l’évolution de la situation en matière d’investissement sur les principaux marchés africains et présente une perspective fondée et à long terme des principales tendances qui façonnent l’investissement dans les économies africaines.

L’Afrique continue d’être fortement touchée par la pandémie de COVID-19, les campagnes de vaccination progressent lentement et d’autres vagues d’infections sont probables, mais d’une manière inégale et parfois imprévisible, ce qui présente autant de défis que d’opportunités. Les scores des avantages ont augmenté sur l’ensemble du continent, substantiellement dans certains cas, mais les scores de risque révèlent un tableau plus varié, énonce le texte.

En outre, la reprise a lieu dans un contexte géopolitique de redéfinition des relations de l’Afrique avec le reste du monde. L’édition 2021 de l’Africa Risk-Reward Index examine cette conjoncture complexe.

“Nous expliquons comment les réponses des gouvernements à trois questions essentielles (soins de santé post-pandémie, dette et insécurité) peuvent accélérer, ou freiner, la reprise économique de l’Afrique… Les risques et les avantages précis de tout investissement varient évidemment beaucoup selon le secteur et le projet, mais le rapport vise à servir de point de départ pour la discussion, à remettre en question les idées reçues et à définir des priorités en vue d’une exploration plus approfondie”, énonce le texte.

Le rapport pointe l’essor des biotechnologies. “La pandémie de COVID-19 a mis en évidence une des vulnérabilités de l’Afrique : sa dépendance à l’égard de l’aide extérieure en matière de soins de santé et de biotechnologies. Bien que les gouvernements africains aient réagi avec une rapidité souvent impressionnante à la pandémie, les tests et le traitement ont été limités par un manque de de capacités”.

Le document exhorte à décrypter la crise de la dette en Afrique. “Avec un ratio dette/PIB combiné ayant atteint en 2020 son plus haut niveau depuis vingt ans, l’Afrique est confrontée à une nouvelle crise de la dette. (…) La pandémie n’a pas provoqué le fardeau de la dette africaine, mais elle l’a exacerbé et le coût du service de la dette va consommer des ressources budgétaires qui devraient être utilisées pour soutenir le redressement post-pandémie du continent.”

Selon François Conradie, économiste politique principal chez Oxford Economics Africa, “le fardeau de la dette africaine s’est considérablement alourdi au cours des 18 derniers mois, car les gouvernements ont emprunté pour financer à la fois leur riposte face à la COVID-19 et les mesures de relance visant à atténuer l’impact économique de la pandémie”. L’obligation de remboursement de cette dette mettra les entreprises publiques à rude épreuve et aura tendance à limiter les opportunités des acteurs du secteur privé qui font affaires avec les gouvernements.

Le rapport examine également l’impact de l’interventionnisme militaire en Afrique. “En l’absence d’interventions militaires étrangères, quelles nouvelles approches seront adoptées pour faire face à ces menaces et organiser la sécurité du continent ? Des acteurs africains et extérieurs stratégies, ce qui rendra les prochaines années difficilement prévisibles.”

L’Africa Risk-Reward Index est basé sur la combinaison de scores évaluant les risques et les avantages, et intègre l’analyse des risques économiques et politiques réalisée par Control Risks et Oxford Economics Africa.

Les scores de risques de chaque pays sont issus de l’EPRE (Economic and Political Risk Evaluator), tandis que les scores des avantages intègrent les prévisions de croissance économique à moyen terme, la taille et la structure de l’économie considérée, ainsi que les données démographiques.

(AIP)
cmas