Cet article a été publié le: 24/03/21 9:57 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/International/ Une augmentation de 12% du taux d’accès à l’électricité en Afrique entre 2015 et 2019 (BAD)

Abidjan, 24 mars 2021 (AIP) – L’Afrique connaît une augmentation de 12% du taux d’accès à l’électricité entre 2015 et 2019, avec le soutien de la Banque africaine de développement (BAD), rapporte un communiqué publié mardi 23 mars 2021.

Le déficit d’accès à l’électricité est un des obstacles majeurs au développement économique et social en Afrique. Beaucoup d’unités industrielles, de petites et moyennes entreprises africaines, souffrent de ce fait. L’accès à l’énergie figure en bonne place des priorités stratégiques de la Banque africaine de développement, appelées « high5 » et traduites en programmes et projets à travers le continent.

Ainsi, le taux d’accès à l’électricité en Afrique est passé de 42% en 2015 à 54% en 2019 grâce, notamment, au soutien de la BAD qui a financé des projets d’interconnexion entre ses pays membres africains (dits régionaux) et favorisé le recours aux énergies renouvelables.

Avec l’appui de la Banque, 291 MW de nouvelles capacités de production d’électricité ont été installées en 2019 dont 60% à partir de sources d’énergies renouvelables. Au cours de la même année, quelque 432 kilomètres de lignes de transport d’électricité et 435 kilomètres de lignes de distribution ont été réalisées sur le continent, ce qui a favorisé l’accès de près de 468 000 personnes à l’électricité en 2019, selon la dernière Revue annuelle de l’efficacité du développement (RAED), publiée par la Banque en décembre 2020.

La BAD a exhorté ces dernières années ses pays membres africains (dits régionaux) à rationaliser leurs capacités de production et à partager leur surplus d’électricité afin d’améliorer les échanges énergétiques transfrontaliers, dont le taux n’est que de 8% sur le continent.

La Banque mobilise par ailleurs des partenariats et d’autres mécanismes internes tels que le Fonds pour l’énergie durable en Afrique (SEFA, en anglais) et le Fonds vert pour le climat (FVC) pour soutenir les efforts d’accès à l’électricité en Afrique.

L’une des cinq priorités opérationnelles de la Banque, dites High 5, a pour but d’éclairer et d’alimenter l’Afrique en énergie. L’accès à l’électricité est une condition essentielle à l’amélioration de la qualité de vie des populations du continent.
(AIP)
cmas