Cet article a été publié le: 8/12/21 12:07 GMT

Côte d’Ivoire-AIP-Interview/ Pdt Huawei Afrique de l’Ouest : « Nous avons misé sur les talents locaux au Bénin »

Abidjan, 08 déc 2021 (AIP)- Le géant chinois des technologies Huawei poursuit son implantation et son développement sur le continent africain, et articulément en Afrique de l’Ouest. Dans une interview accordée à l’AIP, le président Afrique de l’Ouest du groupe, Etienne Liu, revient sur les ambitions de son groupe au Bénin et la sous-région. Interview.

AIP : Le groupe Huawei est très présent en Afrique, qu’en est-il du Bénin ?

Etienne Liu : Le Bénin est très important pour le groupe Huawei, nous sommes présents dans le pays depuis 2005 avec notre filiale. Huawei Bénin c’est avant tout un ancrage local fort avec 150 employés dont 85% sont Béninois. Depuis le départ, le groupe Huawei a misé sur les talents locaux et la longévité; force est de constater que ce choix s’avère être gagnant puisqu’au cours de ces 16 années, Huawei Bénin a créé plus de 1500 emplois directs ou indirects.

Pour ceux qui ne connaitraient pas bien le groupe Huawei, comment définiriez-vous votre activité ?

Pour le grand public nous fournissons des terminaux comme les smartphones, mais nous sommes avant tout un équipementier de réseaux dont l’objectif est de faire progresser la technologie dans notre secteur afin de renforcer l’écosystème des applications et des équipements pour que le plus grand nombre bénéficie de tous les services liés au numérique.

Comme vous le savez, la pandémie de Covid-19 qui frappe durablement le monde depuis 2019. Comment avez-vous appréhendé cette crise chez Huawei Bénin ?

Nous considérons que notre rôle premier était de soutenir nos partenaires au Benin afin qu’ils puissent mieux s’organiser pour répondre à la crise. Nous avons donc fait le choix de mettre à leur disposition des hubsides, ces dispositifs permettent de réaliser des vidéo-conférences de façon efficace. Grâce à cette technologie, les autorités ont pu mettre en place rapidement des mesures pour faciliter le travail à distance.

Dans le même temps, nous avons renforcé notre collaboration avec l’Université d’Abomey Calavi (UAC) pour que la jeunesse béninoise continue de trouver des débouchés professionnels malgré la crise. En effet, nous comptons réaliser un centre pratique avec l’UAC pour permettre aux ingénieurs de perfectionner leur savoir-faire technique. Ce sont 2000 étudiants en trois ans qui pourront bénéficier du centre et ainsi trouver de meilleures débouchées.

Vous semblez accorder un intérêt tout particulier à l’éducation. Avez-vous mené des actions dans ce sens au Bénin ?

Chez Huawei, nous croyons fermement dans la méritocratie et considérons qu’il est nécessaire de récompenser les jeunes qui s’impliquent dans leurs études. Pour ce faire, nous avons accompagné le ministère de l’enseignement supérieur notamment en récompensant les meilleurs bacheliers du pays avec des outils numériques. A ce titre, les plus brillants de la promotion 2021 ont reçu des tablettes Huawei qui, nous l’espérons, leur permettront d’exceller dans leurs études supérieures comme dans le secondaire.

Pourquoi cet intérêt pour la jeunesse ?

450 millions, c’est le nombre de jeunes de 15 à 35 ans vivant sur le continent et ils seront 830 millions en 2050 selon la Banque Africaine de développement. Il est important que tous les acteurs qui interviennent en Afrique contribuent à l’employabilité de cette jeunesse bouillonnante qui doit, bien trop souvent, se contenter d’emplois précaire (70 % des emplois existants). Nous tentons à notre échelle d’apporter des réponses concrètes à cette problématique par le digital. Nous avons donc mis en place différents programmes pour favoriser les jeunes africains.

Pouvez-vous nous en dire plus sur ces programmes ? Sont-ils accessibles aux jeunes béninois ?

Nous développons principalement trois programmes : Seeds for the future (Graines de l’Avenir), Huawei ICT compétition et Huawei ICT Academy.

Depuis 2008, Seeds for the Future (Graines de l’Avenir) permet de développer des talents locaux qualifiés en TIC et à établir un pont entre les pays et les cultures. Mis en œuvre depuis 2016 au Bénin, il a permis de distinguer une centaine d’étudiants qui ont été recrutés par Huawei, des sociétés partenaires ou montés leurs entreprises.

Dans la même optique, la première édition au Bénin de la Huawei ICT compétition a réuni plus de 220 étudiants venant de 20 universités et écoles. Badarou Youssouf Adjassa de Bénin GASA Formation a d’ailleurs remporté le titre de championne sous-région.

Enfin, cinq universités béninoises ont signé un protocole d’accord pour collaborer avec la Huawei ICT Academy – est une plateforme d’apprentissage qui propose une large gamme de formations et de certifications en ligne de haute qualité et dans des domaines de technologie de pointe (intelligence artificielle, Big data, cloud, Security, Storage, Network, …). A ce jour, plus de 300 étudiants ont d’ores et déjà bénéficiés de la plateforme.

(AIP)

tm