Cet article a été publié le: 22/12/20 11:25 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ La 3e session ordinaire du comité local de gestion du parc national de Taï organisée à Abidjan

Abidjan, 22 déc 2020 (AIP) – Le comité local de gestion du parc national de Taï (CLG-PNT) a organisé sa troisième session ordinaire pour l’exercice 2020, à la réserve naturelle de Dahliafleur sis à Cocody, précisément sur l’ancienne route de Bingerville, en séance plénière.

Après avoir fait quelques observations, le comité local de gestion du parc national de Taï présidé par le préfet de région du Cavally, Yacouba Doumbia, a validé le rapport annuel d’activités 2020 de la direction dudit parc, le plan d’aménagement et de gestion de 2021 du PNT et les contrats de gestion des territoires ainsi que les projets de convention avec les opérateurs économiques à la périphérie du parc national de Taï.

« Le bilan de notre gestion du parc national de Taï est positif dans la mesure où les ressources naturelles du parc sont bien conservées. Nous avons une performance de plus de 64% malgré la pandémie du coronavirus. Nous avons pu atteindre les objectifs fixés mais les défis restent énormes », a indiqué le directeur de la zone sud-ouest de l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR), Lieutenant colonel,  Abdoulaye Diarrassouba, lors de cette réunion, mercredi 16 décembre 2020.

« Les éléphants se portent bien, ils utilisent toute la superficie du parc. Quant aux chimpanzés là où on ne les voyait pas on les voit maintenant et les espèces rares apparaissent maintenant partout. C’est déjà un bon indicateur d’une meilleure gestion du parc », a-t-il ajouté.

Le directeur général de l’OIPR, Colonel major Adama Tondossama, pour sa part, a félicité le comité local de gestion du parc national de Taï pour leur engagement et leur gestion efficiente de la réserve de biosphère tout en saluant les efforts déployés par les eaux des eaux et forêts en service au PNT.

Le Comité de gestion locale (CGL) du PNT, calqué sur le Conseil de Gestion de l’OIPR ,a été mis en place conformément à l’article 35 du décret n° 2002-359 du 24 juillet 2002, portant création, organisation et fonctionnement de l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves pour donner son avis sur toutes les questions d’ordre technique, culturel ou budgétaire qui lui sont soumises, à titre consultatif, par le directeur de zone Sud-ouest de l’OIPR. Cet important cadre d’échanges des parties prenantes à la conservation de ce parc est composé de quinze membres.

(AIP)

tg/ask