Cet article a été publié le: 24/06/21 18:15 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ La BAD appelle à un soutien international efficient pour relancer les économies africaines et éviter le surendettement du continent

Abidjan, 24 juin 2021 (AIP)- La Banque africaine de développement (BAD) a émis la nécessité de réformes internes, de restructuration de la dette et d’un soutien international efficient pour relancer les économies africaines et éviter le surendettement du continent, rapporte un communiqué de l’institution transmis à l’AIP.

Cet appel a été lancé lors des Assemblées annuelles 2021 du Groupe de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org) ouvertes virtuellement le mercredi 24 juin, dont les premières discussions ont été consacrées à la gestion de la dette africaine.

L’Afrique a enregistré en 2020, sa pire récession économique des 50 dernières années à cause de la pandémie de Covid-19. Cette pandémie a provoqué des besoins de financements énormes des Etats, creusé les déficits budgétaires et poussé à l’endettement.

Afin d’éviter le surendettement qui pourrait pousser les économies africaines dans le gouffre, la BAD a consacré la première journée des discussions à la question de la dette africaine. Intitulée « De la résolution de la dette à la croissance : la voie à suivre pour l’Afrique », cette rencontre des Assemblées annuelles axées sur le savoir est la première d’une série de trois réunions consacrées à la dette, au climat et à l’adaptation climatique ainsi qu’à la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Selon le président de la BAD, Dr Akinwumi A. Adesina « les cicatrices profondes laissées par la pandémie de Covid-19 (en Afrique) prendront du temps à être remontées ». Du fait de la pandémie, le Pib du continent a diminué de 2,1% en 2020 et la pauvreté et les inégalités vont croissant.

Au moins 30 millions d’Africains sont tombés dans l’extrême pauvreté en 2020 et 39 millions d’autres pourraient connaître la pauvreté en 2021. Le ratio dette/PIB devrait augmenter de 10 à 15% en passant de 60% en 2020 à 75% en 2021 et la question de la dette est omniprésente.

En mai 2021, 17 pays africains sur 38, pour lesquels une analyse de la viabilité était disponible, étaient en situation de surendettement, douze pays faisaient face à un risque modéré de surendettement et six pays étaient déjà en situation de surendettement. En 2020, les paiements d’intérêts de la dette du continent ont atteint 20% des recettes fiscales des pays africains et dépassé le tiers des recettes dans certains pays.

La BAD estime que l’Afrique aura besoin d’un financement additionnel de 485 milliards de dollars entre 2021 et 2023. « Il apparaît manifestement que sans restructuration de la dette, bien plus de pays africains feront face à une situation de surendettement », prévient le président Adesina, ajoutant que « le plus grand défi pour nous est de trouver les ressources et de réduire le niveau d’endettement ».

Les Assemblées annuelles 2021 du Groupe de la BAD propose une nécessité de réformes internes, une restructuration de la dette et un soutien international efficient pour relancer les économies africaines et éviter le surendettement du continent.

(AIP)

eaa/tm