Cet article a été publié le: 29/10/20 8:48 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/La cellule civilo-militaire de Man, acteur essentiel pour le maintien de la cohésion sociale en période électorale (Interview)

Man, 29 oct 2020  (AIP) –  Le département de Man, à l’instar des quatre autres de la région du Tonkpi (Danané, Sipilou, Biankouma et Zouan-Hounien ), n’enregistre pas de heurts liés à l’appel  au boycott du processus électoral lancé par l’opposition. Plusieurs parties prenantes s’investissent pour que le Tonkpi qui a souffert des différentes crises post-électorales vécues en Côte d’Ivoire, ne bascule plus dans la violence. L’un des maillons de ce maintien de la cohésion sociale durant cette période électorale, est la cellule civilo-militaire de Man (CCM). Sa présidente, Vaï Valerie Bih, membre de la société civile, expose les actions et les difficultés de cette cellule dans un entretien à l’AIP.

Quelles sont les missions de la cellule civilo-militaire de Man ?

La cellule civilo-militaire de Man a pour mission d’identifier, par des diagnostics socio-sécuritaires, les facteurs qui engendrent des tensions entre les populations et les forces de défense et de sécurité (FDS). Elle organise des rencontres permettant aux FDS d’expliquer leurs missions et leurs actions aux populations. Elle permet également aux populations d’informer les forces de sécurité des réalités socioculturelles à prendre en compte dans leurs actions. Elle permet de sensibiliser les populations sur les attitudes et les comportements citoyens à adopter pour permettre aux forces de sécurité d’accomplir leurs missions. La CCM de Man organise des activités favorisant le rapprochement entre les forces de sécurité et les populations à travers des actions civilo-militaires, au bénéfice des communautés ainsi que des activités socioculturelles et sportives. Elle travaille également à la collaboration entre les forces de sécurité et les populations dans l’optique de rendre plus efficace le travail des forces.

Quelles sont les activités menées par la cellule civilo-militaire de Man pour maintenir la cohésion sociale durant cette période électorale ?

L’une des activités de la CCM est d’organiser les réunions mensuelles chaque 1er mardi du mois afin de relever les problèmes des différentes couches sociales et proposer des solutions pour les éradiquer. La CCM de Man a fait un diagnostic socio sécuritaire qui a permis de ressortir les défis à la cohésion sociale pendant la période électorale et les 100 leaders des différentes couches sociales ont pris des engagements pour des élections apaisées. Elle a formé 70 leaders de jeunes sur l’importance de l’enrôlement des  jeunes sur la liste électorale. La CCM de Man a aussi formé 50 leaders de jeunes sur l’engagement des jeunes pour des élections apaisées. La CCM de Man participe tous les samedis à 6H au sport de cohésion sociale avec toutes les forces de défense et de sécurité afin de renforcer les liens armée-nation et encourager les populations civiles à prévenir en dénonçant tout faits suspects constatés.

Quelles sont les difficultés rencontrées dans l’exercice de votre fonction ?

Nous enregistrons un manque de local servant de bureau à la CCM de Man, un manque de matériel pour la rédaction des rapports et impressions, un manque de bâches, chaises, sono, groupe électrogène, vidéo projecteur pour nos sensibilisations et également un manque de moyens financiers pour les sessions mensuelles et les activités de formation et de sensibilisation dans toutes les sous-préfectures de la région du Tonkpi.

Un message à lancer aux populations par rapport au scrutin du 31 octobre ?

Au-delà de la divergence conjoncturelle de nos perceptions et de nos approches politiques, je suis convaincue que nous sommes tous mus par une seule et même cause, la Côte d’Ivoire. Notre chère et commune patrie, que tous, nous voulons unie, stable, sécurisée et prospère. Clemenceau disait, « il faut agir pour finalement dire, j’ai donné à mon pays tout ce que je pouvais ». Donnons donc à notre pays, la Côte d’Ivoire, tout ce que nous pouvons. Et ce que tous les Ivoiriens ou non Ivoiriens vivant ici, pouvons donner à la Côte d’Ivoire, c’est la paix au soir du 31 octobre 2020, et pour toujours.

(AIP)

amak/ask