Cet article a été publié le: 23/06/21 16:27 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ La Clinique juridique de Bouaké initie une caravane de consultations foraines à Niakara

Niakara, 23 juin 2021 (AIP)- Une mission de l’Association des femmes juristes de Côte d’Ivoire (AFJCI), en appui à la Clinique juridique de Bouaké, sa structure d’actions dans la vallée du Bandama (régions de Gbêkê et Hambol), a entamé, mardi 22 juin 2021, dans le département de Niakara, une caravane de consultations foraines, avec une sensibilisation publique sur les procédures juridiques et judiciaires destinée à la promotion des Droits de l’homme et la facilitation de l’accès aux Droits et à la justice des personnes vulnérables, surtout les femmes, en Côte d’Ivoire.

La présidente de la Clinique juridique de Bouaké, Caroline Vanié, a sensibilisé les femmes de la ville de Niakara sur les diverses violations de leurs Droits notamment en ce qui concerne le viol, le mariage forcé ou/et précoce, l’excision et les violences domestiques ou conjugales.

La directrice exécutive des projets de l’AFJCI, Blandine Chaudron, magistrate hors hiérarchie, a exhorté les participants, composés d’hommes et majoritairement de femmes, à faire confiance à la justice et se rapprocher davantage d’elle.

Des informations suivies d’échanges publics et des entretiens individuels ont marqué cette caravane juridique de consultations foraines qui a vu la présence de plusieurs juristes, à savoir la responsable de l’AFJCI, Me Simone Assa, avocate au barreau de Côte d’Ivoire et de la Coordinatrice du Projet d appui à l’amélioration de l’accès aux Droits et à la justice en Côte d’Ivoire (PALAJ), Agathe Blanc, juriste.

Cette rencontre présidée par la deuxième adjointe au maire de Niakara, Joséphine Kélo, s’étendra également à la commune de Tafiré, a-t-on appris auprès des responsables de l’AFJCI, une structure qui a vu le jour en 1984 en Côte d’Ivoire.

(AIP)

jbm/ask