Cet article a été publié le: 5/11/20 20:24 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ La jeunesse de Gagnoa salue l’action d’organisations en faveur du leadership local

Gagnoa, 05 nov 2020 (AIP)- Les leaders de jeunesse apolitique du département de Gagnoa, ont salué le jeudi 05 novembre 2020, l’action menée par l’ONG Association pour le Développement Socio-sanitaire Rural (ADSR), l’Unicef et le Peace Building Fund (PBF) en faveur du leadership local pour la consolidation de la paix dans le Gôh.

« Ça nous a vraiment été utile », a assuré la présidente de l’Association des Jeunes du camp fonctionnaire de Gagnoa, Duedé Marie Rose Rita, porte-parole des leaders de jeunesse du département, ayant bénéficié du renforcement des capacités en termes d’implication des jeunes dans les instances de prise de décision.

C’était au cours de l’atelier bilan d’une cinquantaine de jeunes leaders avec le directeur régional de la Promotion de la jeunesse et l’Emploi des jeunes du Goh, Yazi Hilaire, quant au suivi-évaluation des différentes formations avec l’ADRS, et ses partenaires au siège de direction régionale à Gagnoa.

Pour les participants, l’engagement civique, la restauration de la confiance avec les autorités locales, les rencontres de plaidoyer pour la participation en vue de l’élaboration des budgets participatifs, de la mise en place des fora populaires, l’inscription  dans un climat de non-violence, sont les résultats des séances de formation avec l’ADSR. .

Dans les localités de Bougrou et Gagnoa, dans la région du Goh, une centaine de jeunes leaders avaient fait le déplacement, pour former et communiquer avec tous les leaders politiques, et à avoir été formés sur le plaidoyer, le budget participatif, l’engagement, les forums populaires avec les autorités locales et les cadres.

Selon l’analyse situationnelle, il était nécessaire, aux dires du chargé de programme à l’ONG, Silomane Ouattara, qui avait conduit une mission à la ‘place Sans Fleur’ de Gagnoa, le 21 octobre 2020, d’essayer de souder les fractures sociales à Gagnoa, parce qu’après la crise post électorale de 2011, des violences ont eu lieu dans la localité.

(AIP)

dd/fmo