Cet article a été publié le: 12/08/21 16:18 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ La ministre burkinabè de l’Economie numérique affirme que l’Afrique ne peut pas rester en marge de l’UPU

Abidjan, 12 août 2021 (AIP)- La ministre burkinabè de l’Economie numérique, des postes et de la Transformation digitale, Hadja Sanon Ouattara, a indiqué jeudi 12 août 2021 à Abidjan, qu’il est important pour l’Afrique de ne pas rester en marge des assises de l’Union postale universelle (UPU).

“L’Afrique ne peut pas rester en marge. Elle doit  participer à ces instances où on définit l’avenir de la poste. C’est vrai qu’aujourd’hui, la poste traverse beaucoup de révolutions technologiques mais la poste africaine fait toujours preuve de résilience parce qu’elle reste un secteur prospère, une activité qui  aide les pays à atteindre le développement économique et social. C’est un outil qui se positionne dans des secteurs stratégiques comme le commerce électronique et l’administration électronique.  La poste a un réseau étendu et à travers elle, l’Etat marque sa présence dans les zone reculées”, a-t-elle affirmé lors d’un entretien avec la presse.

La ministre burkinabè a noté que le congrès de l’UPU, ce forum de partage de bonnes pratiques qui se tient actuellement à Abidjan, était attendu depuis 87 ans par les pays africains membres de l’UPU. Aujourd’hui, ces pays sont heureux de recevoir ce congrès, ce qui traduit la maturité de la poste en Afrique, a-t-elle souligné.

Le 27ème congrès de l’UPU à Abidjan, qui a débuté 09 août 2021, prendra fin le 27. Ce congrès se déroule en Afrique pour la deuxième fois après l’Egypte en 1934.

(AIP)

sdaf/cmas