Cet article a été publié le: 21/06/21 11:56 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/La plateforme de lutte contre les violences basées sur le genre de Songon installée

Songon, 21 juin 2021 (AIP) – La plateforme de lutte contre les violences basées sur le genre (VBG) de Songon a été installée par le directeur de cabinet adjoint du ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Moussa Diarrassouba, au terme d’un atelier de renforcement de capacités de ses membres.

Le sous-préfet de Songon, Stéphane Guiriga a réceptionné, vendredi 18 juin 2021, au cours d’une cérémonie, le guide de fonctionnement de la plateforme VBG, de la  part M. Diarrassouba. Il a salué l’engagement de tous les membres de la plateforme locale de Songon, qui traduit leur « humble volonté » de participer à cette lutte contre les VBG.

Pour sa part, la directrice du Comité national de lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants, Josiane Bessi, espère que cette plateforme locale sera dynamique et pourra répondre aux besoins pour lesquels elle a été mise en place.

Bien avant d’engager toute la communauté de Songon à « zéro tolérance aux violences faites aux femmes et aux enfants », Moussa Diarrassouba, a rappelé que la ligne verte 1308, gratuite sur tous les réseaux est un outil mis à la disposition des populations par son ministère pour dénoncer de façon anonyme tous les cas de VBG.

A ce jour, la Côte d’Ivoire compte 70 plateformes de lutte contre les VBG, destinées à créer un cadre favorable à la sensibilisation des populations, à la dénonciation et aux poursuites judiciaires des auteurs de ces violences et à la prise en charge rapide des survivantes de VBG. Ces plateformes sont composées d’assistants sociaux, de psychologues, de médecins, d’officiers de police judiciaire, de représentants d’association de femmes et de jeunes et d’ONG.

En Côte d’Ivoire, l’enquête par Grappe à indicateurs multiples (MICS, 2016) a montré que 32,1% des femmes se sont mariées avant l’âge de 18 ans, 36,7% des femmes âgées de 15 à 49 ans sont excisées, avec des disparités régionales variant de 62% à 75%.

(AIP)

tg/ena/ask