Cet article a été publié le: 23/07/21 7:18 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ La population d’Appimandoum déconseillée de céder ses terres aux orpailleurs clandestins

Bondoukou, 23 juil 2021 (AIP) – Le préfet de région du Gontougo, préfet du département de Bondoukou, Sory Sangaré, a invité la population de la sous-préfecture d’Appimandoum à ne pas céder ses terres aux orpailleurs clandestins, lors d’un rencontre d’échanges, jeudi 22 juillet dans la localité, en présence des autorités administratives et de la chefferie traditionnelle locale.

Selon M. Sangaré, les orpailleurs détruisent les forêts et les terres, créant ainsi une insécurité dans leur zone d’activités. Il a néanmoins rassuré que des mesures sont prises pour la sécurisation de toute la frontière depuis la localité de Tagadi jusqu’à Agnibilékrou.

L’administrateur civil a également invité la population à collaborer avec les Forces de défense et de sécurité en dénonçant toutes les personnes suspectes afin qu’elles puissent être extirpées de la localité.

« Nos Forces ne peuvent être efficaces que sur renseignements suffisamment précis », a-t-il fait savoir, en attendant l’ouverture bientôt d’un poste de Gendarmerie permanent à Appimandoum.

Depuis quelques mois, le préfet de Bondoukou est en tournée de prise de contact avec les populations de sa circonscription en vue de s’enquérir de leurs conditions de vie pour mieux renseigner le Gouvernement. Plusieurs localités ont déjà été visitées, notamment Sorobango, Yezimala et Kouassi N’Dawa.

Au début du mois de juillet, le Conseil national de la sécurité (CNS) avait autorisé la création d’un Groupement spécial de répression de l’orpaillage illégal. Ce groupement est composé de 560 éléments dont 460 gendarmes et 100 agents des Eaux et Forêts, spécialement équipés pour intervenir sur l’ensemble du territoire et viendra intensifier la répression des infractions au code minier.

(AIP)

zaar/fmo