Cet article a été publié le: 26/05/22 15:31 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/La première cohorte des professionnels vétérinaires opérationnelle

Abidjan, 26 mai 2022 (AIP)- L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a pris part, vendredi 20 mai 2022 à Yamoussoukro, à la cérémonie de clôture des travaux de l’atelier de restitution de la formation des agents vétérinaires de première ligne en épidémiologie de terrain (ISAVET).

Cet atelier de restitution des travaux des stagiaires a été organisé par la direction des services vétérinaires avec l’appui technique et financier du centre d’urgence de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour le contrôle des maladies animales transfrontalières (ECTAD) et l’Agence américaine pour le développement international (USAID), du 17 au 20 mai 2022.

La cérémonie a permis aux participants de présenter les résultats de leurs travaux de terrain devant un jury composé de trois membres dont deux issus du milieu académique universitaire et un de la santé publique venant de la plateforme « Une Seule Santé ».

S’adressant à l’ensemble des participants, le Représentant de la FAO en Côte d’Ivoire, Samy Gaiji, a réaffirmé la disponibilité de l’agence Onusienne à appuyer les initiatives du Gouvernement dans la lutte contre les maladies émergentes.

«La FAO est engagée aux côtés de la Côte d’Ivoire dans la lutte contre les maladies émergentes et réémergentes. Nous travaillons ensemble à développer les capacités du pays à prévenir, détecter et à riposter contre les menaces en cas de besoin» a-t-il indiqué.

Invitant les bénéficiaires de la formation à la vigilance, le ministre des Ressources animales et Halieutiques, Sidi Tiémoko Touré a relevé que la surveillance est le préalable à la détection rapide des maladies aussi bien animales, qu’humaines.

Elle constitue un outil fondamental à la détection rapide des maladies, qui est la pierre angulaire de la lutte contre les évènements de santé publique.

Pour une mise en œuvre et une croissance durable du programme ISAVET, la FAO implique les ministères dans les décisions, veille à ce que le programme soit hébergé au sein du MIRAH, et plaide pour une appropriation au niveau national.

Au total, 22 stagiaires incluant une femme et deux agents de l’environnement ont pris part à cette première cohorte ISAVET.

(AIP)

bsp/tm