Cet article a été publié le: 28/01/22 7:57 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ La sécurité, priorité principale du nouveau régime au pouvoir au Burkina Faso

Divo, 28 jan 2022 (AIP) – Le nouvel homme fort du Burkina Faso, Lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba, a fait, jeudi 27 janvier 2022, sa première adresse officielle à la nation, dans laquelle il a indiqué la sécurité dans l’ensemble du pays comme étant la priorité principale du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), dont il est le président, pour conduire la transition actuelle au ‘’pays des Hommes intègres’’

« Si les priorités sont nombreuses, il est clair que la priorité principale demeure la sécurité », a souligné Lt col Sandaogo Damiba.

Le premier responsable de junte militaire au pouvoir a expliqué que l’action prioritaire à mener consistera à « réduire significativement les zones sous influence terroriste, et les impactes de l’extrémisme violent, en redonnant aux forces de défense et de sécurité, ainsi qu’aux volontaires pour la défense de la patrie, la volonté de combattre et aller encore plus à l’offensive avec des moyens adéquats ».

Il s’agit, selon lui, d’un préalable indispensable au retour progressif de l’administration publique dans les zones désertées, et à la réinstallation des personnes déplacées internes dans leurs villages d’origine.

Pour le président du MPSR, ce qui fera la différence décisive pour remporter la guerre contre le terrorisme dans le pays sera l’amour pour la patrie que chaque burkinabè saura manifester, au-delà du renforcement indispensable de la logistique militaire.

« J’appelle toutes les composantes des forces de défense et de sécurité et les volontaires pour la défense de la patrie à se mettre en ordre de marche pour la reconquête de notre territoire, dans l’union et la cohésion, et avec le soutien de tout le peuple burkinabè », a lancé le Lieutenant-colonel Sandaogo.

Il a également lancé un appel aux partenaires du Burkina Faso et à l’ensemble de la communauté internationale pour leur compréhension et soutien à son pays, dans cette période difficile. A son niveau, il promet le respect des engagements internationaux du « pays des Hommes intègres », notamment le respect des droits de l’Homme et le respect de l’indépendance de la justice.

Depuis six ans, le Burkina Faso est en guerre contre des terroristes Djihadjistes, qui ont fait plusieurs centaines de morts parmi les civils et les militaires, des milliers de déplacés internes, surtout dans le nord du pays. La détérioration de cette situation est l’une des raisons évoquées par les militaires pour perpétrer le putsch qui a conduit au renversement du régime du président Roch Kaboré, le 23 janvier 2022.

(AIP)

jmk/fmo