Cet article a été publié le: 2/10/21 20:18 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ La société civile formée pour un plaidoyer sur l’administration de la molécule de dolutégravir aux enfants atteints du Vih/Sida

Abidjan, 02 oct 2021 (AIP)- Des représentants des organisations de la société civile ont été formés, à l’initiative de AFROCAB, groupe consultatif africain, pour un plaidoyer en faveur de l’administration du dolutégravir pédiatrique (DTG), molécule ARV, au profit des enfants atteints du VIH/Sida.

Lors d’un atelier tenu, vendredi 01 octobre 2021 à Abidjan, cette vingtaine de représentants a été instruite plus précisément sur le projet « Optimal » piloté par la Fondation Elisabeth Glaser en vue d’intervenir dans le plaidoyer pour l’accès de tous les enfants de moins de 15 kg au DTG pédiatrique en Côte d’Ivoire.

Selon, l’une des représentantes de AFROCAB, Nadia Adingra, le dolutégravir pédiatrique est une molécule qui permettra non seulement d’optimiser le traitement antirétroviral des enfants vivants avec le VIH mais également de mettre à dispositions des populations  ce type de ARV, facile à prendre et qui seront bien  tolérées par les enfants  à cause de la qualité du goût et de la réduction du nombre de virus dans le sang.

La directrice des projets unitaid de la fondation Elisabeth Glaser, Fassinou Ekouevi Patricia, a expliqué l’importance de la présence des représentants des organisations de la société civile dans la stratégie de prise en charge des enfants vivant avec le VIH/Sida. Ces personnes susceptibles de pénétrer la communauté et de traiter de manière plus simple et avec une puissance plus importante les enfants vivants avec le Vih/sida, signale Mme Fassinou.

« Nous appuyons les organisations comme AFROCAB qui militent en faveur de la prise en charge des enfants vivant avec le VIH/Sida par la sensibilisation, le dépistage et la prise en charge correcte des médicaments qui permettent aux enfants de vivre longtemps», a-t-elle  indiqué.

Représentant la plateforme des régions, Kamé Anselme, s’est félicité de participer à cet atelier qui a permis de connaitre le nouveau protocole du DTG et de son mode d’administration.

Selon une étude réalisée en 2019, la transmission mère-enfant du Vih/sida est à l’origine de plus de 90% des infections chez l’homme. Les nouvelles infections chez les enfants de 0 à 14 ans est de 1891 tandis que la mortalité parmi tous les enfants infectés était de 1659, soit 13% de l’ensemble des décès liés au Sida.

(AIP)

bsb/fmo