Cet article a été publié le: 12/11/20 8:16 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ L’ambassadeur de France préconise le “chemin de la réconciliation” en dépit des divergences

Abidjan, 12 nov 2020 (AIP)- Malgré les divergences, il faut trouver le chemin de la réconciliation, a indiqué mercredi 11 novembre 2020, le nouvel ambassadeur de la France en Côte d’Ivoire, Jean-Christophe Belliard, à sa sortie d’audience avec le premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko.

Il intervenait au sujet de la rencontre de ce jour du Président Alassane Ouattara avec l’ex-Président Henri Konan Bédié, dans le cadre du dialogue politique pour la cohésion sociale dans la période post-électorale.

Jean-Christophe Belliard s’est réjoui de « cette rencontre certainement utile pour la Côte d’Ivoire, et appelée de tous les vœux par la France qui espère la paix, la stabilité et la sérénité pour le pays, sans lesquels il n’y a pas de développement économique et social ».

Le diplomate français a relevé que des divergences existent dans tous les pays, à l’image de l’actualité aux Etats-Unis. Mais malgré ces points de vue différents, il faut trouver un chemin de réconciliation.

« La Côte d’Ivoire vient de vivre dix années de croissance ininterrompue, de croissance forte qu’il faut poursuivre. Continuer sur cette lancée, ne serait possible que dans la sérénité », a-t-il prévenu.

Cette première audience avec l’ambassadeur de la France a été l’occasion pour le Premier ministre ivoirien « de faire de plus ample connaissance avec ce diplomate ». Hamed Bakayoko s’est, en outre engagé, à poursuivre les sillons tracés par les devanciers qui ont favorisé un dynamisme de la coopération entre les deux pays.

Ces deux hommes envisagent œuvrer pour l’avancement des projets socio-économiques et sécuritaires dont l’engagement du pays pour la lutte contre le terrorisme au Sahel, « important pour la stabilité de la Côte d’Ivoire, de la France et de l’Europe », a conclu le nouvel ambassadeur.

Le diplomate Jean-Christophe Belliard a présenté vendredi 6 novembre ses lettres de créance au président de la République.

(AIP)

eaa/fmo