Cet article a été publié le: 15/09/21 8:26 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ L’ANADER présente un nouveau curricula de formation

Abidjan, 15 sept 2021 (AIP)- Le coordonnateur national adjoint des filières café et cacao à l’Agence nationale d’appui au développement rural (ANADER), Robert Djê Kouakou, a présenté la  nouvelle approche de formation pour les petits exploitants agricoles dénommée “Farmer Business School” (Ecole d’entrepreneuriat agricole, EEA), lors d’un entretien accordé à  l’AIP.

« L’Ecole d’entrepreneuriat agricole ou “Farmer Business School” est une approche de formation pour les petits exploitants agricoles visant à renforcer leurs compétences entrepreneuriales pour obtenir plus de revenus provenant d’une production diversifiée. En d’autres termes, l’Ecole d’entrepreneuriat agricole est une démarche visant à allier le savoir-faire technique à un savoir-faire managérial par l’apprentissage à la gestion agricole », a expliqué Djê Kouakou.

Selon lui, l’EEA fait désormais partie des curricula de formation de l’ANADER. En effet, sur instruction du directeur général de l’ANADER, Dr Sidiki Cissé, les résultats économiques doivent désormais être pris en compte dans les interventions des techniciens de l’Agence. « Le FBS a donc un bel avenir dans notre entreprise. (…) Cette école d’entrepreneuriat agricole s’adresse à toutes les filières de productions. A ce jour, les modules ont été adaptés aux filières café, cacao, anacarde, coton et hévéa », a-t-il déclaré.

Pour M. Kouakou, cette pratique contribue à mettre en valeur les bonnes pratiques agricoles recommandées et diffusées par le technicien, conseiller de gestion et de vulgarisation des innovations. 

« De ce fait, le petit producteur pourra comparer son système de production courant avec le système qui repose sur les bonnes pratiques agricoles afin de prendre des décisions rationnelles pour l’amélioration de la productivité et de la rentabilité de ses activités. Il s’agit d’une transition entre l’agriculture perçue comme un destin (alternatives limitées, subsistance) et l’agriculture en tant qu’activités commerciales », a-t-il détaillé.

(AIP)

tg/ad/cmas