Cet article a été publié le: 4/08/22 16:48 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ L’avenir commun de l’Afrique et de l’Europe au centre du forum libéral de dialogue politique

Abidjan, 04 août 2022 (AIP)- Le forum libéral de dialogue politique de la fondation Friedrich Naumann s’est axé, jeudi 04 août 2022, à Abidjan, sur le thème, « Afrique-Europe : avenir commun ? ».

Pour l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne en Côte d’Ivoire, Ingo Herbert, les continent, européen et africain sont liés par un destin et une histoire commune. « L’Union européenne a besoin d’une Afrique démocratique, stable et en paix (…), l’Europe a compris qu’il faut plus s’engager, être visible. L’Afrique est un partenaire clé pour relever le défi de l’avenir », a-t-il déclaré.

Le député Allemand, Dr Christoph Hoffmann a fait remarquer qu’une nouvelle offre relationnelle s’installe entre l’Afrique et l’Europe et impose un changement de paradigme. « On a constaté que nous sommes dans une nouvelle époque, c’est-à-dire que l’Europe a besoin de l’Afrique. Nous manquons de certaines ressources et cela sous-entend que nous sommes maintenant dépendants de l’Afrique », a-t-il affirmé.

Dans une conférence inaugurale sur le thème, « Afrique-Europe : quelle coopération dans l’ordre international actuel ? », le député allemand a assuré que l’Europe et spécialement l’Allemagne, devra désormais “offrir une base démocratique, une base de droit de l’homme, de multilatéralisme et une offre gagnant-gagnant à l’Afrique”.

« L’Europe a certainement commis des erreurs dans sa relation avec l’Afrique. On a mené des actions à différentes échelles. On doit éviter de retomber dans les fautes à l’avenir, et j’espère qu’on pourra regagner le cœur des Africains par nos valeurs, pour un avenir commun », a conclu Dr Hoffmann.

Pour le politologue, directeur du centre de recherche politique d’Abidjan, Dr Flan Moquet César, l’Afrique se trouve face à son destin, au regard du « bouleversement » qui est en train de s’opérer au niveau de l’ordre international.

L’Afrique se trouve face à son destin. Nous voyons que les différents blocs géopolitiques et géostratégiques qui sont en train de se former, présentent une carte du monde avec une configuration particulière. « Le positionnement de la fédération de Russie qui se rapproche de la Chine, de l’autre côté les Etats-Unis et les alliés traditionnels à travers l’Union européenne et l’OTAN font que nous rentrons progressivement dans un monde qui, qu’on le veuille ou non sera à nouveau bipolaire », a-t-il indiqué.

Il a expliqué que face à cela, l’Union africaine a décidé de se positionner comme un bloc non aligné de sorte à ne pas avoir d’ennemis au niveau de cette confrontation. « Cette confrontation sera beaucoup moins idéologique que géostratégique. Je pense que l’Afrique peut tirer le meilleur parti, un bon parti de tout ce qui se déroule, si elle arrive à parler d’une seule voix et cela est un challenge », a indiqué Dr Flan.

Pour lui, l’Afrique ne doit pas approcher les questions internationales, les défis globaux de façon isolée, mais faire entendre sa voix à travers l’UA, sur des positions qui sont communes. « C’est ce que les Africains doivent réussir pour peser lourd dans la balance », a-t-il préconisé.

Le forum s’est tenu en présence de la ministre de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration, Anne Ouloto, du ministre des Ressources animales et halieutiques, Sidi Touré, de l’ambassadeur d’Allemagne en Côte d’Ivoire, Ingo Herbert, du détecteur Afrique de l’Ouest de la Friedrich Naumann Foundation, Dr Joachim Holden, de la représentante en Côte d‘Ivoire de la commission de l’Union africaine, Joséphine Charlotte Mayuma (…).

(AIP)

gak/ask