Cet article a été publié le: 18/01/22 11:07 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le 2PAI-Bélier forme des prestataires de soins en matière de nutrition

Yamoussoukro , 18 jan 2022 (AIP) – Une série de formation de  prestataires de soins de santé en matière  de  nutrition a débuté lundi 17 janvier 2022 à Yamoussoukro par celle de la vingtaine de formateurs régionaux et départementaux.

Au total 375 prestataires de soins de santé, précisément les médecins, les infirmiers, les sages-femmes et des intervenants sociaux sont visés par ce programme de formation initié par le projet de pôle agro-industriel dans la région du Bélier (2PAI-Bélier) et exécuté par l’Ong ODAFEM (organisation pour le développement des activités des femmes).

Dans le cadre de sa sous-composante ‘’appui à la nutrition’’, le 2PAI-Bélier vise à améliorer la sécurité nutritionnelle dans la zone du projet par l’accès à une alimentation adéquaté couvrant les besoins des différents groupes de population autant en quantité qu’en qualité.

Cela passe par la réhabilitation des infrastructures sanitaires et la mise en place d’unités nutritionnelles dans les différentes structures sanitaires de la région ; dont le fonctionnement optimal nécessite la formation des prestataires.

Cette première session consacrée aux formateurs des formateurs va déboucher sur  la mise en place d’un pool de 20 formateurs régionaux et départementaux pour l’extension de l’offre de service de nutrition.

Selon le directeur exécutif de ODAFEM, Galo Bi Noel, « il s’agira de renforcer les capacités des prestataires sur le processus de structures de santé amies de bébé et de former les intervenants communautaires sur les techniques de soins et soutien nutritionnel en communauté ».

Le directeur coordonnateur adjoint du programme national de nutrition (PNN), Dr Kouamé Désiré a fait savoir ces formations seront couplées « d’un suivi-coaching des prestataires dans les centres de santé aux directives de prise en charge de la malnutrition dans les quatre districts sanitaires de la région du Bélier  que sont Yamoussoukro, Toumodi, Tiébissou et Didiévi ».

D’après Kouamé Désiré la malnutrition est un problème de santé publique en Côte d’Ivoire. Il a expliqué que les   enfants de moins de cinq ans et les femmes en âge de procréer sont les plus touchés et que les carences en micronutriments sont responsables d’une mortalité et d’une morbidité infanto-juvéniles et maternelles accrues.

(AIP)

gso/tm