Cet article a été publié le: 24/05/22 22:42 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le BURIDA et les faitières de l’industrie touristique s’accordent sur les droits d’auteur et droits voisins

Abidjan, 24 mai 2022 (AIP)- Le BURIDA et les faitières de l’industrie touristique que sont la Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH) et la Fédération nationale de l’industrie touristique de Côte d’Ivoire (FENITOURCI)  ont accordé leurs violons sur les droits d’auteurs et droits voisins à l’issue d’un atelier à la salle de conférences du ministère de l’Économie et des Finances sise au 20e étage de l’immeuble Sciam (Abidjan-Plateau).

Cette rencontre a été initiée par le Secrétariat Exécutif du Comité de Concertation État Secteur Privé (SE-CCESP) en étroite collaboration avec le Bureau Ivoirien des Droits d’Auteur (BURIDA) et le Conseil national du tourisme (CNT). Elle avait pour objectifs tout d’abord de faire la revue des bases légales de la propriété littéraire et artistique en Côte d’Ivoire et de la gestion collective des droits d’auteur et des droits voisins par le BURIDA. Ensuite, de faire l’état des lieux de la mise en œuvre du protocole d’accord. Et enfin, de faire la synthèse des engagements afin d’établir un chronogramme d’actions.

Après les échanges, il a été adopté une série d’actions à mener notamment la consolidation de la collaboration entre le BURIDA et les faîtières de l’industrie touristique à travers la vulgarisation et l’application effective de toutes les dispositions du protocole d’accord en veillant à pacifier et à apaiser la collaboration entre les services de cet organisme et les faitières. Il a été aussi ressorti la nécessité d’ouvrir des discussions sur les autres secteurs hors hébergement (maquis, restaurants, agences de voyages…) et sur les droits voisins.

Dans le prolongement des échanges, un triple appel a été lancé. Le premier appel est allé à l’endroit des opérateurs économiques et aux faîtières qui devront harmoniser leurs positions et travailler en synergie dans la mise en œuvre des dispositions du protocole pour les négociations futures.

Un deuxième appel a été porté par les créateurs des œuvres de l’esprit pour un renforcement de la collaboration avec les utilisateurs des œuvres de l’esprit à l’instar des professionnels de l’industrie touristique pour une juste rémunération afin de leur permettre de vivre de leur art.

Le troisième appel a été lancé à la tutelle des professionnels du tourisme afin de poursuivre son action d’encadrement et de structuration des professionnels et du secteur du tourisme, mais également à engager une réflexion plus approfondie pour mieux apprécier la rentabilité économique des établissements touristiques au regard des multiples charges fiscales, parafiscales et autres prélèvements et en fonction de la taille des établissements.

En guise d’actions futures à mener, il a été proposé au secrétariat exécutif du CCESP de créer le cadre de suivi-évaluation en liaison avec les ministères de tutelle qui sont ceux de la Culture et du Tourisme, les faîtières ainsi que le BURIDA conformément aux dispositions de l’accord.

A l’entame de la rencontre, jeudi 19 mai 2022, le secrétaire exécutif du CCESP Mariam Fadiga Fofana a indiqué que toutes ces actions visent au « au renforcement de la qualité de la collaboration entre notre organisme national de gestion collective des droits d’auteurs et de droits voisins et les professionnels de l’Hôtellerie et de l’industrie touristique.»

(AIP)

bsb/tm