Cet article a été publié le: 22/01/21 10:37 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le CCC et la FNFPCC sensibilisent sur l’impact du Covid-19 sur la commercialisation du cacao à Bouaflé

Bouaflé, 22 janv 2021 (AIP)- Une délégation du Conseil café-cacao (CCC) et de la Fédération nationale des femmes productrices de café-cacao (FNFPCC) de Côte d’Ivoire ont effectué une mission conjointe, jeudi 21 janvier 2021, à Bonon et à Bouaflé pour informer les acteurs de la filière sur la commercialisation du cacao qui connaît un ralentissement depuis un mois en raison de la pandémie de la Covid-19.

En dépit du ralentissement de la commercialisation du cacao du fait de la pandémie du Covid-19, le délégué régional du Conseil café-cacao de Yamousoukro, Ouassa Koné a rassuré les producteurs et les coopératives agricoles que le prix des produits qu’ils ont encore en mains ne subira pas de changement.

“Si on arrive au terme de la la campagne principale qui est d’octobre jusqu’à fin mars, et qu’il y a éventuellement un changement de prix, les stocks que vous détenez ne seront pas impactés par ce changement là”, a- t-il indiqué.

M. Koné demande aux producteurs de bien conserver les produits qui sont en  stock pour préserver leur qualité, et les exhorte à bien les trier et sécher. En outre, il les invite à la vigilance face aux acheteurs véreux qui profiteraient de cette situation pour proposer un prix en deçà de 1000 FCFA/Kg fixé par le gouvernement pour la campagne en cours.

“Le prix du cacao bord champ qui est de 1000 FCFA n’a pas changé. Si quelqu’un vient vous dire que le prix est à 800 ou 900 FCFA, c’est faux. Celui que nous allons prendre entrain de payer le cacao en dessous de 1000 FCFA sera poursuivi par les juridictions compétentes en la matière”, a prévenu le délégué régional du Conseil café-cacao de Yamousoukro.

La présidente de la Fédération nationale des femmes productrices de café-cacao, N’Goran Viviane a, pour sa part, insisté sur le respect du prix bord champ du cacao et rassuré les producteurs et coopératives que le gouvernement s’attelle à trouver une solution à la situation.

Les acteurs de la filière ont salué cette mission, relevant les difficultés auxquelles ils sont confrontés qui sont, entre autres, le stationnement depuis des jours de leurs camions au port à Abidjan qui attendent d’être déchargés et l’engorgement de leurs magasins de stockage de produits.

La commercialisation du cacao, du fait de la pandémie du Covid-19, connait un ralentissement. Les exportateurs n’ont pas pu sortir plus de 200 mille tonnes de cacao. Les bateaux ne viennent plus au même rythme qu’avant et donc du coup toute la chaîne est grippée”, a expliqué le délégué régional du Conseil café-cacao de Yamousoukro, Ouassa Koné.

(AIP)

ns/ask

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.