Cet article a été publié le: 31/05/21 15:36 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le chef d’état-major général des Armées présente le nouveau plan de départ volontaire des militaires

Songon, 31 mai 2021 (AIP)- Le chef d’état-major général des Armées, le Général de corps d’armée Lassina Doumbia, a présenté lundi 31 mai 2021 à la Base navale de Locodjro, le nouveau plan de départ volontaire des militaires, pour ceux qui désirent se soustraire des obligations militaires et rejoindre la vie civile avant le terme de leur service actif.

« Pour cette année, nous avons proposé un plan de départ volontaire sous deux formes, afin d’éviter ce fort taux d’échec quant à la réinsertion sociale et économique, comme on le constate actuellement. Et ce programme hybride a été validé par le Conseil national de Sécurité », a indiqué le Général Lassina Doumbia qui prenait part à un cérémonial militaire, en présence de plusieurs commandements des armées.

Il a expliqué que première passerelle de ce nouveau plan de départ volontaire des militaires sera la reconversion. « Ainsi, 1000 personnels sous-officiers seront autorisés à quitter l’Armée pour rejoindre des corps paramilitaires tels que la Protection civile, les Affaires maritimes et portuaires, les Eaux et forêts et la Garde pénitentiaire. (…)  Ce dispositif contenu dans le Code de la fonction militaire permet aux militaires candidats à la reconversion de garder leur salaire dans leur nouveau corps », a expliqué le chef d’état-major général des Armées.

Selon Lassina Doumbia, le nouveau plan de départ volontaire des militaires est un projet pilote de collaboration entre administration qui sera initié cette année 2021 et qui pourrait être réédité s’il est concluant. C’est pourquoi, il invite ceux qui auront la chance d’en bénéficier d’être des ambassadeurs de la rigueur et de la probité qui caractérisent les Armées.

Quant à l’ancien programme de départ volontaire des militaires, il sera maintenu pour ceux qui le souhaitent. A la différence que cette fois-ci, les militaires bénéficieront d’un accompagnement institutionnel pour la mise en place d’activités génératrices de revenu. « Notre objectif est d’éviter qu’après avoir quitté volontairement les rangs, nos frères d’armes se retrouvent dans une situation de précarité », a-t-il conclu.

La première loi de Programmation militaire a permis à 4 804 personnes de quitter l’armée et d’explorer de nouveaux challenges en vie civile. Malheureusement, très peu ont pu réussir leur réinsertion, a déploré le chef d’état-major général des Armées.

(AIP)

tg/eaa/cmas