Cet article a été publié le: 13/05/22 10:24 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le CHPH instruit des producteurs d’hévéa sur les avantages du nouveau mécanisme de prix

Abidjan, 13 mai 2022 (AIP) – Président de la cérémonie de lancement des activités hévéicoles de l’Association des jeunes agriculteurs modernes hévéicoles de Côte d’Ivoire (AJAMHCI) “Bonoua 2022”, le directeur général du Conseil hévéa – palmier à huile, Edmond Coulibaly, a animé jeudi 12 mai 2022, une conférence sur le thème “Nouveau mécanisme de prix, quels avantages pour le planteur?”.

Ainsi, devant des producteurs réunis dans la salle de l’hôtel Alièkro, à Bonoua, Edmond Coulibaly a explicité les changements opérés récemment (mai 2022) dans la fixation du prix de caoutchouc qui est en fait, une “redistribution du prix international”.

Selon le DG du Conseil hévéa – palmier à huile, le fondement de ce mécanisme découle de trois facteurs, le premier étant la cotation du marché international (en l’occurrence celui de Singapour) qui dicte sa loi, d’autant plus que la Côte d’Ivoire, de sa position de 4ème producteur mondial, n’impacte pas vraiment le cours. C’est pourquoi, il a invité les jeunes à rejoindre la filière hévéa qui a de l’avenir puisuqu’il est prévu un risque de pénurie à l’horizon 2030.

La 2ème donnée concerne la parafiscalité qui a été harmonisée. Ainsi, au lieu de la taxe unique de sortie (1,5%) qui enlevait la capacité d’investir des usiniers à cause des problèmes d’écoulement des fonds de tasse, il est désormais prélevé 22FCFA/kg pour financer les programmes de développement au profit des producteurs.

La 3ème variante porte sur la clé de répartition du prix, fixé en fonction de la contribution de chaque collège (producteurs et usiniers). “Pour le moment”, a-t-il noté, les producteurs reçoivent 63% du prix international et les usiniers, 37%, y compris le maintien d’une décote à 2% contre 30% auparavant et les interventions des lignes de cotisations (FIRCA, APROMAC, etc.).

Edmond Coulibaly a exhorté les producteurs à vendre du caoutchouc sec de bonne qualité, en faisant observer qu’une bonne partie de la rénumération dépend du DRC (Dry rubber content), en quelque sorte, le taux d’humidité qui, plus il est élevé, plus il réduit le prix d’achat. “Chaque effort de qualité est rémunéré”, a-t-il assuré.

Ce nouveau mécanisme débouche sur un prix carreau usine et un prix d’achat bord champ. Ainsi, le prix carreau usine actuel est de 373,6 FCFA et celui bord champ est moindre de 20 FCFA (due aux charges des usiniers), soit 353,86 FCFA/kg. “Dans ce mécanisme, le Conseil hévéa – palmier à huile se donne les moyens de contrôle”, a-t-il conclu, laissant entendre que tout opérateur qui ne respecterait pas ses charges serait sanctionné.

M. Camara Issouf, président de l’AJAMHCI

Organisé par AJAMHCI qui est présidée par Camara Issouf, le lancement des activités hévéicoles “Bonoua 2022” a été marquée par la remise de trophées et diplômes d’honneur. Ainsi, outre les six meilleurs producteurs récompensés, le DG du Conseil hévéa – palmier à huile ainsi que le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani (représenté par Edmond Coulibaly) ont également été primés. Tout comme la Société africaine de plantations d’hévéa (SAPH) pour ses activités de “durabilité” dans la filière.

En 2021, la Côte d’Ivoire a réalisé plus d’un million de tonnes de caoutchouc sec, soit avec les fonds de tasse non usinées et exportées, un total de plus de deux millions de tonnes de caoutchouc humide. Avec cette performance, le pays confirme son statut de 1er producteur africain et de 4ème producteur mondial, a rappelé le président de la Fédération des organisations professionnelles agricoles de producteurs de la filière hévéa de Côte d’Ivoire (FPH), Dally Jules, également parrain des activités hévéicoles “Bonoua 22”.

(AIP)

cmas