Cet article a été publié le: 28/10/21 19:17 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le FPI se positionne comme un “parti de proposition, un parti d’opposition responsable, constructif” (Affi N’Guessan)

Abidjan, 28 oct 2021 (AIP)- Le président du front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan a, à l’issue d’une audience que lui a accordée le président de la République, Alassane Ouattara, jeudi 28 octobre 2021, à Abidjan, affirmé que son parti se positionne comme « un parti de proposition, un parti d’opposition responsable, constructif »

« Nous avons évoqué les principaux dossiers avec le chef de l’Etat, tout en lui affirmant la position du front populaire ivoirien, d’être un parti de proposition, un parti d’opposition responsable, constructif. Et donc, nous sommes pour la paix et la stabilité politique, économique et sociale du pays. Nous sommes toujours disponibles et le chef de l’Etat peut compter sur nous », a déclaré M. Affi.

Il a expliqué que les sujets d’intérêt national évoqués avec le chef de l’Etat ont tourné autour de la réconciliation nationale, la paix, la stabilité politique et sociale de la Côte d’Ivoire.

« Nous avons plusieurs dossiers, qui sont en suspend et qu’il faut solder, je dirai depuis une dizaine d’années. Mais particulièrement, depuis les élections de 2020, un certain nombre de frères ont fait l’objet d’arrestation, beaucoup d’entre eux ont été libérés dont moi-même. Mais quelques-uns sont encore en prison. Donc nous avons évoqué ce sujet avec le président de la République », a-t-il indiqué.

« Nous avons évoqué le sujet de quelques frères, camarades qui ont été radiés. Et comme, il y a une jurisprudence qui vient d’être pratiquement éditée à travers l’intégration de certains hauts cadres qui étaient en exil, nous avons souhaité que le président examine avec l’administration, le cas de nos camardes qui ont été radiés dans le cadre de la crise de 2010. S’ils ne peuvent pas être réintégrés, que des mesures de compensation leur permettent de se prendre en charge, de se réinsérer dans la vie économique et sociale », a-t-il ajouté.

Le président du FPI a estimé qu’il est opportun d’engager maintenant les discussions dans la perspective des élections de 2025.

« Il ne faut pas attendre les derniers moments pour engager les discussions. Je crois que le Premier ministre va être instruit de manière à ce que le dialogue politique reprenne avec les partis politiques, pour que ce qui a été à l’origine des problèmes de 2020 puisse être discuté afin que nous puissions trouver un consensus, largement longtemps avant les échéances de 2025 (…) », a exprimé Affi N’Guessan.

Il a expliqué que cette audience sollicitée par son parti, n’a pu se tenir plus tôt, au regard des conditions sanitaires qui n’ont pas permis au président Ouattara de les recevoir. « Cela vient d’être fait », s’est félicité le président  du FPI.

Pascal Affi N’Guessan, membre  de l’opposition qui avait boycotté l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, avait été arrêté pour « complot contre l’autorité de l’État », « mouvement insurrectionnel », « assassinat » et « actes de terrorisme » après la mise sur pied du conseil national de transition. Il a été mis en liberté provisoire le 30 décembre.

(AIP)

gak/ask