Cet article a été publié le: 9/09/20 23:33 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le gouvernement autorise la prise de participation de PETROCI au capital social de la Société SAHARA PETROCI Energy S.A

Bongouanou, 9 sept (AIP)- Le Conseil des ministres, tenu, mercredi 9 septembre 2020 à Bongouanou, a adopté un décret autorisant la prise de participation de Petroci au capital social de la Société Sahara Petroci Energy S.A., en abrégé SAPET Energy S.A. au titre du ministère du Pétrole, de l’Energie et des Energies Renouvelables, en liaison avec le ministère de l’Economie et des Finances et le ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat;

Le Conseil a adopté une communication relative à la construction de 12 000 TM de capacité de stockage de butane dans le cadre du partenariat entre Petroci et Sahara International, et ce, à travers une société dénommée Sahara Petroci Energu SA dont le capital est réparti comme suit :Petroci 35% et Sahara international 65%.

Les 35% de participation de Petroci sont non diluables avec une contribution au financement du projet entièrement porté.

Ce décret concoure à mettre en place une nouvelle société de gestion du gaz butane en vue de renforcer les capacités nationales de stockage et de sécuriser l’approvisionnement de notre pays en gaz butane.

Cette nouvelle société, dénommée SAPET Energy S.A., issue d’une convention de partenariat entre l’entreprise nationale Petroci holding et la société Sahara International aura notamment en charge la construction d’une nouvelle capacité de stockage de 12 000 tonnes, d’un coût global de 23,9 milliards de francs CFA qui, à terme, permettra à notre pays d’augmenter de 60% ses capacités de stockage, de façon à faire passer notre autonomie de consommation de 15 à 27 jours.

A la faveur de la politique de vulgarisation de l’utilisation du gaz butane engagée par le Gouvernement en vue de freiner la déforestation et de sauvegarder l’environnement, la consommation du gaz butane en Côte d’Ivoire a connu une forte croissance ces dernières années, passant de 154 000 tonnes en 2012 à 380 000 tonnes en 2019.

Selon les prévisions, le niveau de consommation atteindra 930 000 tonnes à l’horizon 2030 pour une capacité de stockage globale de 20 000 tonnes. Aussi, pour soutenir cette forte demande, plusieurs investissements ont été réalisés pour accroître les capacités de stockage ainsi que les capacités de production des centres emplisseurs, selon le porte parole du gouvernement, Sidi Touré.

(AIP)

ask