Cet article a été publié le: 12/08/21 20:21 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le ministre Adama Kamara plaide pour une assurance maladie et retraite pour les agriculteurs

Abidjan, 12 août 2021 (AIP)-Le ministre de l’Emploi et de la Protection sociale, Me Adama Kamara a plaidé, mercredi 04 août 2021, auprès du gouvernement et au président de la République, pour une assurance maladie et retraite pour les agriculteurs ivoiriens.

Le ministre Kamara, par ailleurs président du Comité interministériel de lutte contre le travail des enfants (CIM), a lancé ce plaidoyer lors de la célébration de la journée mondiale et l’année internationale pour l’élimination du travail des enfants 2021 en présence de la Première, Dame Dominique Ouattara, à Abidjan.

Dans son discours, le ministre a sollicité l’appui de la Première Dame en vue de faire bénéficier aux agriculteurs cette assurance maladie et retraite, car, a-t-il développé, un paysan qui peut se soigner plus aisément, se fera moins souvent remplacé par ses enfants dans les champs.

En outre, un paysan qui bénéficie d’une pension de retraite, pourra subvenir aux besoins de sa famille et n’exigera pas de ses enfants et des enfants des autres de le remplacer dans les travaux champêtres.

« Tel est notre plaidoyer Madame la Première Dame et nous sommes convaincu que votre soutien ne nous fera pas défaut pour la mise en œuvre de ce noble projet leur permettant d’avoir accès à une retraite, comme celle des fonctionnaires, et à une assurance maladie comme tout citoyen d’une nation dont on peut être fier », a défendu Me Kamara.

En liaison avec le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, il a précisé qu’un groupe de travail a été mis en place par arrêté interministériel. Ledit groupe a pour mission d’identifier toutes les actions nécessaires pour faire bénéficier aux paysans du dispositif de protection sociale en vigueur.

Ce processus permettra à terme, à plus de 5 millions de paysans de se soigner correctement à travers la Couverture maladie universelle (CMU), de constituer une épargne à consommation différée dont ils pourront jouir en cas de suspension d’activité et de bénéficier, pour le cas spécifique des femmes agricultrices en grossesse, de revenus durant leur période de maternité, pendant environ trois mois.

Le ministre Adama Kamara a, à cet effet, engagé les exportateurs, les industriels du cacao dans la réalisation de ce noble projet pour l’atteinte des objectifs de développement durable afin d’augmenter la quantité de cacao conforme aux standards de productions internationaux et honorer les agriculteurs de toutes les spéculations menacées du fait du travail des enfants.

(AIP)

bsp/fmo