Cet article a été publié le: 1/10/20 9:42 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le Ministre Bruno Koné détermine quatre éléments essentiels pour la ville ivoirienne du futur

Abidjan, 1er oct 2020 (AIP)- Le ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, Bruno Nabagné Koné, a déterminé mardi 29 septembre 2020 à Abidjan, quatre composantes essentielles pour « la ville de demain, une ville où il fait bon vivre », lors d’une conférence débat sur le thème « la ville ivoirienne du futur, catalyseur du développement des régions ».

M. Koné a indiqué que la ville de demain est une ville où l’on retrouve les quatre composantes que sont, l’emploi, le loisir, la mobilité, et le logement, harmonieusement agencées. Lorsque ces composantes sont bien intégrées dans le plan d’urbanisme d’une ville, les habitants retrouveront avec une ville où il fait bon vivre.

“La ville de demain n’est pas forcément une ville futuriste, une ville moderne avec des trames, métros et aéroports partout. La ville de demain est une ville écologique où il fait bon vivre et pas forcément une ville bétonnée. C’est ce que nous souhaitons comme ville futuriste en Côte d’Ivoire”, a-t-il argumenté.

Organisée par la plateforme Economie Entreprises Live (EE Live) en partenariat avec le ministère en charge de la construction, cette conférence a réuni en une journée, plus de 200 participants experts dans le développement de la ville. Ceci, autour de plusieurs thématiques sur la vision des pôles urbains post Covid-19, le foncier, la démographie et la mobilité urbaine, en vue de solutionner les défis de l’urbanisme.

Les pôles urbains ivoiriens sont sous pression, en effet. La croissance économique soutenue de cette dernière décennie, couplée à la crise sanitaire de la Covid-19 et la démographie exponentielle en Côte d’Ivoire, appellent à une réorganisation des villes pour une meilleure cohésion économique et sociale et une croissance durable.

Pour le président d’EE Live, Hassan M. Alaoui, cette réunion est une contribution du Maroc au développement des pays, au travers de la coopération Sud-Sud, qui est une vocation du Roi Mahomed VI, depuis une vingtaine d’années.

(AIP)

eaa/fmo