Cet article a été publié le: 6/09/20 12:56 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le ministre Issa Coulibaly prône la paix à N’Douci

Tiassalé, 06 sept 2020 (AIP)-Le ministre de la Fonction publique, Issa Coulibaly, parrain de la cérémonie de mise en marche du château d’eau des villages de Boussoukro, d’Offa, de Kodimasso et de Bôdô, dans la commune de N’Douci, le samedi 05 septembre 2020, a invité les ivoiriens à faire de la paix leur seconde religion, comme l’a recommandé et enseigné le premier président de la République, Félix Houphouët Boigny.

Pour le ministre, c’est dans la paix que le développement peut se réaliser au profit de la population.

Ainsi, face aux nombreuses doléances formulées par les populations dont l’érection du village d’Attiguéhi en chef-lieu de sous préfecture, l’extension des réseaux hydraulique et électrique dans les villages, le ministre a répondu “avoir pris bonnes notes”, mais a rappelé que “tout cela ne  peut être possible que s’il y a la paix et la stabilité et, que chacun prenne conscience que le pays est un et indivisible”.

Dès lors, il a annoncé que “nous devons cultiver et être attachés à la paix malgré nos différences idéologiques”. Pour Issa Coulibaly, dans un pays de droit, il faut faire confiance aux institutions de la République, et exprimer nos désaccords de façon démocratique  afin d’éviter que le désordre  ne s’installe, à propos de la candidature d’Alassane Ouattara à la présidentielle d’octobre 2020 qui suscite tant de controverses.

Il a demandé aux populations de tourner le dos à la violence qui appelle le désordre. “La seule bataille qui vaille la peine d’être menée, c’est la bataille contre le sous développement, la bataille contre la pauvreté et l’obscurantisme”, a-t-il conseillé.

Dans ce sens et s’adressant aux jeunes, il leur a demandé  de ne pas être “les porte-voix des hommes politiques tout en les invitant à” tourner le dos aux chants de sirène et aux prophètes de malheur”  de manière  que “dans la bataille électorale  qui vient, ce soit le peuple souverain qui décide de qui doit diriger pendant les cinq prochaines années.”

Les 21 et 22 août 2020, des violences intercommunautaires ont éclaté à N’Douci au sujet de la candidature d’Alassane Ouattara à l’élection présidentielle d’octobre 2020, faisant 14 blessés.

(AIP)

kd/bsp/fmo