Cet article a été publié le: 4/05/21 8:25 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le ministre Sidi Touré engage ses services à offrir des produits halieutiques de qualité

Abidjan, 04 mai 2021 (AIP)- Le ministre des Ressources animales et Halieutiques, Sidi Tiémoko Touré, a engagé lundi 03 mai 2021, ses services à se mettre à la disposition des populations en leur offrant des produits halieutiques de qualité.

Il a lancé cet appel lors d’une visite de prise de contact avec les agents des structures sous tutelle à savoir la Direction de l’aquaculture et des pêches (DAP) et la société spécialisée dans les conserves de poisson, Airone Côte d’Ivoire.

A chacune des étapes, Sidi Touré a exhorté ses collaborateurs  à être au service de la population en leur offrant des produits des ressources halieutiques de qualité.

Il a également réitéré son engagement  à faire en sorte que les produits halieutiques soient disponibles pour la consommation des populations en termes de qualité et de quantité.

« Malheureusement, nous sommes souvent déficitaires selon la nature du produit. Et tout le dispositif qui nous a été présenté sera révisé dans l’optique de nous rassurer que ces différentes missions de quantité et de qualité soient effectivement accomplies », a promis M. Touré.

Particulièrement à l’entreprise Airone Côte d’Ivoire qui produit du thon en conserve, le ministre a félicité la direction pour le nombre d’emplois qui sont créés, tout en promettant d’accompagner ce thonier dans toutes ces initiatives. Sur ce site, travaillent plus de 1000 personnes dont 70% d’emplois occupés par des femmes.

« Je pars satisfait. Cette première visite m’a permis  de cerner les chantiers qui m’attendent dans le secteur de gestion des ressources halieutiques en Côte d’Ivoire », a-t-il indiqué, disposé à tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité alimentaire dans ce secteur.

Pour le consommateur ivoirien et en particulier pour les ménages les plus modestes du pays, le poisson reste la première source de protéines animales en raison de son prix relativement abordable comparé à celui de la viande.

La consommation nationale annuelle varie entre 250 000 tonnes et 300 000 tonnes tandis que celle des ménages est estimée à 13,2 kg par habitant et par an. Elle est couverte à 67 % par les importations traduisant une forte dépendance du secteur vis-à-vis de l’extérieur.

(AIP)

bsp/cmas