Cet article a été publié le: 4/07/22 9:38 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le MIRAH participe à la 2e Conférence des Nations Unies sur les océans (Communiqué)

Abidjan, 04 juil 2022 (AIP) – Le ministère ivoirien des Ressources animales et halieutiques (MIRAH) a pris part, du 27 juin au 02 juillet 2022 à Lisbonne, à la 2e Conférence des Nations Unies sur les océans.

Des milliers de dirigeants mondiaux, d’experts et défenseurs des océans se sont rassemblés dans la capitale portugaise à l’appel de l’ONU, pour œuvrer à la préservation des océans et éviter leurs conséquences néfastes l’environnement et l’humanité, rapporte le MIRAH dans une note d’information transmise à l’AIP, samedi.

Cette rencontre s’est tenue à l’occasion de la Conférence des Nations Unies sur les Océans 2022. Co-organisée par le Portugal et le Kenya sur le thème “Renforcer l’action en faveur des océans fondée sur la science et l’innovation pour la mise en œuvre de l’objectif 14 : inventaire, partenariats et solutions”, elle avait pour objectif la mise en place de solutions innovantes fondées sur la science, afin d’ouvrir un nouveau chapitre de l’action mondiale en faveur des océans. Elle constitue l’un des premiers jalons de la décennie d’action pour atteindre les 17 Objectifs de développement durable à l’horizon 2030.

En Côte d’Ivoire, le secteur de la pêche fournit près de 100 000 emplois directs et plus de 580 000 emplois indirects dont un tiers sont détenus par des femmes. Le poisson est la première source de protéines des populations, avec une consommation per capita de 24 kg en 2020. Cependant, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la pêche Illicite, non réglementée et non déclarée (Pêche INN) est responsable de la prise annuelle de 11 à 26 millions de tonnes de poisson, privant ainsi l’économie mondiale de 10 à 23 milliards de Dollars et contribuant à la destruction massive des ressources halieutiques, au renforcement du chômage et de la pauvreté.

Face à cette situation et compte-tenu de l’importance que représente ce secteur d’activité, il était essentiel pour la Côte d’Ivoire d’y prendre part. Ainsi, la délégation du MIRAH qui était conduite par la cheffe de Cabinet, Mme Roux Leroux, avait pour mission de marquer son désaccord quant à la surexploitation des océans.

En marge de cette conférence, Mme Leroux a effectué une visite à SEMEX Portugal, une entreprise spécialisée en Insémination artificielle sise à Quinta da Ponte, dans la banlieue de Lisbonne, et dirigée par Dr Gonçalo Rebelo de Andrade. Cette visite de travail s’inscrivait dans le cadre de la recherche de partenariat dans le domaine de l’élevage, à travers l’insémination artificielle pour améliorer les performances laitières et en viande, en vue de maximiser la rentabilité économique des exploitations ivoiriennes.

(AIP)
cmas