Cet article a été publié le: 26/10/21 14:03 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le parc national de la Comoé couvert à 81% (Comité de gestion locale)

Grand Lahou, 26 oct 2021 (AIP) – Le Comité de gestion locale (CGL) du Parc national de la Comoé (PNC) a relevé, lors de sa troisième session 2021 à Grand Lahou (Sud, région des Grands ponts), que 81% de la couverture de l’aire protégée sont assurés, en dépit de certaines difficultés.

Le directeur de zone Est, en charge de la gestion du PNC, Lieutenant-colonel Kouadio Yao Roger, a indiqué que ce parc est couvert à 81%, au plan de la surveillance.

Il a souligné que l’objectif aujourd’hui est de préserver le parc de façon intégrale, afin que la diversité biologique soit protégée. Le Lieutenant-colonel Kouadio a insisté sur l’urgence de mettre fin aux activités d’orpaillage dans le parc, parce qu’elles détruisent la faune.

« C’est avec une meilleure collaboration avec les populations que nous pourrons sécuriser entièrement nos parcs et réserves du pays », a affirmé le préfet de région du Boukani, Kpan Dro Joseph. Il a noté, concernant le volet sécuritaire, que le gouvernement ivoirien met tout en œuvre, afin de mettre hors d’état de nuire les djihadistes.

Pour le chef de province de YAKO, Bedibemdi 2, les populations riveraines du PNC sont sensibilisées à coopérer pour dénoncer les orpailleurs et les pyromanes pour que cette aire protégée soit préservée.

Le directeur général de l’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR), Général de brigade Tondo Sala Adama, a insisté sur le professionnalisme des agents de l’OIPR pour que soient évités certains désagréments.

« Déjà les forces de défense et de sécurité sont sur le terrain pour nous aider à repousser les djihadistes et à mettre fin au phénomène d’orpaillage dans nos aires protégées », a rappelé le DG de l’OIPR.

Du vendredi 22 au samedi 23 octobre 2021, les membres du CGL du Parc national de la Comoé ont égrené toutes les difficultés rencontrées dans la gestion de cette aire protégée d’une superficie de 1 148 756 hectares, afin d’y trouver des solutions. Ils étaient à la 3ème session de l’année de ce CGL, délocalisée à Grand-Lahou, dans le parc national d’Azagny.

(AIP)

rk/jmk/ask