Cet article a été publié le: 27/03/22 8:31 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Le préfet de Tabou invite les populations de Grabo à éradiquer les fléaux contre le développement local

Abidjan, 27 mars 2022 (AIP)- Le préfet du département de Tabou, Kouame Kalidja, a invité les populations Grabo et de Djouroutou, a contribuer à éradiquer les fléaux qui freinent le développement dans leurs localités, lors d’une visite de prise de contact.

Préfet du département de Tabou depuis 2020, Mme Kouame a consacré, mardi 22 mars 2022, sa première visite dans ces localités de sa circonscription administrative, à une communication sur les problèmes qu’elle considère comme un frein au développement, avant d’exhorter ses administrés à œuvrer de concert pour le développement de leurs localités.

Le premier facteur concerne le problème de l’insécurité. Elle a exhorté les populations à une franche et fraternelle collaboration avec les  forces de défense et de sécurité pour la réussite de leur mission de sécurisation des personnes et leurs biens et donc pour le règne de la paix perpétuelle.

De même, elle a évoqué l’épineuse question de l’orpaillage illégal avec la présence d’orpailleurs qui opèrent tout le long du fleuve Cavally. Elle a invité les chefs de villages à arrêter toute complicité avec ces exploitants illégaux de l’or, et à “les dénoncer aux autorités compétentes, afin que les dispositions soient prises pour mettre fin à leurs activités”.

Le préfet a aussi instruit les populations sur l’agroforesterie, leur demandant de suivre les conseils des agents des Eaux et Forêts et de l’Agence nationale d’appui au développement rural (ANADER), en acceptant de planter les essences recommandées dans leurs plantations de cacao et sur les terrains nus pour éviter la dégradation du climat.

Elle a exhorté les jeunes à se détourner du gain facile et à se mettre sérieusement au travail pour leur dignité, et a conseillé aux femmes de se regrouper en coopératives pour bénéficier de soutiens à l’effet de produire des vivriers en manque dans tout le département.

Plusieurs personnes s’adonnent à une pratique commerciale qui consiste à vendre un terrain à plusieurs personnes à la fois et qui génère régulièrement des conflits. L’administrateur civil leur a déconseillé ces pratique répréhensibles.

Avant de clore ses propos, elle a expliqué aux chefs de villages la procédure à suivre pour bénéficier de leur arrêté de nomination et de reconnaissance de leur statut par l’État de Côte d’Ivoire.

(AIP)

bka/nbf/tm