Cet article a été publié le: 22/12/20 10:46 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le projet 2PAI-Bélier va investir environ 15 milliards de FCFA en 2021

Yamoussoukro, 22 déc 2020 (AIP) – Le projet de pôle agro-industriel dans la région du Bélier (2PAI-Belier) projette un investissement global de 15 milliards de FCFA pour l’année 2021 dans la région du Bélier et le district autonome de Yamoussoukro.

Selon la coordonnatrice du 2PAI-Bélier, Mme Aka Valérie, qui a eu un échange avec l’AIP, vendredi 18 décembre 2020, « ces investissements devraient prendre en compte la question des conflits agriculteurs-éleveurs avec des infrastructures pour faciliter la transhumance des animaux ».

Il est également prévu le démarrage de l’électrification de la zone industrielle, qui devra à terme renforcer l’attractivité de Yamoussoukro dans divers domaines, ainsi que le renforcement de la capacité électrique du département de Didiévi.

« En termes de prévisions, nous devons démarrer les travaux pour le volet élevage avec les boucheries dans les quatre départements couverts par le projet, mais également des travaux de réhabilitation d’infrastructures sanitaires », a ajouté Mme Aka à l’issue de la troisième session ordinaire.

En 2020, le projet a éprouvé quelques difficultés à réaliser toutes les activités programmées en raison de certaines contingences. C’est un investissement de 25 milliards de FCFA qui est à mettre à l’actif du 2PAI-Bélier dans la région depuis le démarrage du programme en janvier 2018.

2PAI-Bélier est un projet de développement initié par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural et financé par le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), conformément à la volonté du gouvernement ivoirien de transformer le secteur agricole selon une approche innovante, à savoir asseoir les conditions préalables à l’émergence d’un pôle agro-industriel au centre du pays, comme première agropole pour transformer et moderniser l’agriculture ivoirienne.

L’émergence de ce pôle agro-industriel dans la région du Bélier passe par une dynamisation des filières agricoles porteuses (riz, maïs, manioc, légumes, élevage porcin et pisciculture) et une implication accrue du secteur privé, des jeunes et des femmes.

Pour relancer l’agriculture autour de chaines de valeur porteuses, le projet privilégie l’approche intégrée afin de solutionner bon nombre d’entraves au développement du secteur agricole et agro-industriel. Cette approche novatrice rompt avec l’approche sectorielle et se traduit par une masse d’actions critiques diversifiées, à même de transformer durablement l’activité économique à l’échelle locale.

(AIP)

Gso/kp