Cet article a été publié le: 28/04/21 10:28 GMT

Côte d’ivoire-AIP/Le projet d’adressage des rues d’Abidjan officiellement lancé

Abidjan, 28 avr 2021 (AIP)- La Commission nationale de toponymie (CNT) et la centrale d’adressage ont lancé officiellement le projet de l’adressage des rues  d’Abidjan, au cours d’une rencontre, mardi 27 avril 2021, présidée par le ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, Bruno Nabagné Koné.

Cette réunion consacre l’ouverture officielle des travaux de toutes les entités impliquées dans la réalisation de ce projet d’adressage cher au gouvernement ivoirien qui depuis le 11 avril 2018 avait validé, en conseil de ministres, les conclusions de l’étude de faisabilité.

Selon l’étude, le District autonome d’Abidjan comptait environ 11750 voies et plus de 36000 carrefours. Sur l’ensemble de ces voies, seulement 4%, soit 513 voies ont fait l’objet de dénomination. Pour pallier ses insuffisances qui constituent un frein à la compétitivité de la ville d’Abidjan, le Ministre Koné a mis en mission les différents acteurs de la mise en œuvre dudit projet.

« Il s’agit à travers cette étude sur les répertoires toponymiques, de collecter des noms pour enrichir la base de données, faciliter la dénomination des voies et lieux publics des communes du District d’Abidjan », a-t-il indiqué.

La mission de la CNT consistera plus spécifiquement à établir une liste des voies et lieux publics dénommés actuellement dans le District d’Abidjan et à confirmer avec justification leur niveau d’appropriation, à élaborer un répertoire argumenté des noms des voies et lieux publics par commune, à identifier et justifier des noms destinés à la dénomination des voies structurantes du District d’Abidjan et à proposer une charte de la toponymie des voies et les règles d’écriture.

« L’adressage facilite en profondeur et sur la durée les actes de la vie courante (repérage dans la ville, services d’urgence et de sécurité…), les activités économiques (notamment au travers du développement du e-commerce), et la communication entre société civile, secteur privé et Etat (gestion foncière, fiscale, services de base, poste…).» a justifié Koné Bruno lors de son discours d’ouverture.

D’un montant global de 10 milliards de francs CFA, cette opération bénéficie d’un financement de la Banque Mondiale dans le cadre du Projet d’Appui à la Compétitivité du Grand Abidjan (PACOGA), signale-t-on.

(AIP)

bsb/tm