Cet article a été publié le: 7/12/21 15:30 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Le projet de règles consensuelles de cohabitation pacifique et de cohésion sociale passé au peigne fin à Guiglo

Guiglo, 07 déc 2021 (AIP) – La mission du Médiateur de la République conduite par la Secrétaire générale de cette Institution, Suzanne Haddad N’Guessan-Zékré, et les communautés résidant dans la région du Cavally, ont passé au peigne fin, mardi 07 décembre 2021, le projet de “Règles consensuelles de cohabitation pacifique et de cohésion sociale” entre ces différentes communautés, afin de s’en approprier pour sa future adoption par le Médiateur de la République.

“Le projet de +Règles consensuelles de cohabitation pacifique et de cohésion sociale+ est une idée du Médiateur de la République à la demande des populations pour faire en sorte que les populations vivant dans la région du Cavally règlent leurs conflits sur la base des règles qui vont être mises sur pied”, a déclaré Mme. Haddad N’Guessan-Zékré.

Selon elle, ces règles ont recueilli le consensus de toutes les populations locales. «Nous sommes donc là pour voir ce qui rentre dans la légalité et surtout ce qui obtient le consensus général. Et parmi ces règles, certaines concernent les femmes, les infractions très lourdes tels le viol, le meurtre, les crimes, quand d’autres ont trait au règlement des litiges liés à la vente ou la cession des forêts villageoises ou des terrains urbains », a énuméré la Secrétaire générale.

Toujours selon elle, celles-ci (règles) encadrent aussi les droits et devoirs des chefs traditionnels, mais aussi comment les allochtones et allogènes sont, dans leur vécu quotidien, perçus par les autochtones, comment ils sont reçus et installés sur place, leurs obligations vis-à-vis de leurs tuteurs et vis-versa, car très souvent les conflits naissent des incompréhensions entre les populations autochtones et les personnes qu’elles ont accueillies chez elles.

Suzanne Haddad N’Guessan-Zékré a expliqué que la validation de ce projet ne saurait tarder, car l’initiative a vu le jour il y a déjà plusieurs mois, mais il fallait que le Médiateur de la République prenne le temps nécessaire pour appréhender ce que ses destinataires et bénéficiaires veulent réellement en faire de leur “vivre ensemble”. Ce qui est désormais chose faite.

Le projet sera mis en œuvre sur le terrain par les chefs de villages, les sous-préfets et préfets qui se chargeront de le vulgariser et de diffuser les règles consensuelles qui y sont édictées auprès de leurs populations, de leurs administrés, a-t-elle fait savoir.

La fonction de Médiateur de la République est similaire à celle d’un ombudsman (une personne indépendante et objective qui enquête sur les plaintes des gens contre les organismes gouvernementaux…) Elle a été instituée par la loi no 2000-513 du 1er août 2000 portant constitution de la 2ème République de la Côte d’Ivoire, et instituant un organe de médiation dénommé, le Médiateur de la République. Cette fonction est le prolongement de celle assurée précédemment par le Grand Médiateur de l’Organe présidentiel de médiation (OPREM), créé par le décret n° 95-816 du 29 septembre 1995.

(AIP)

ja/ask