Cet article a été publié le: 22/03/21 13:35 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le projet FONARI-UAO présenté à la population de Bouaké

Bouaké, 22 mars 2021 (AIP)- Le projet FONARI-UAO a été présenté lundi 22 mars 2021 aux autorités administratives, politiques et militaires, aux organisations non gouvernementales (ONG) et aux leaders communautaires de la ville de Bouaké au cours d’un atelier de lancement à la salle de mariage de la mairie.

L’équipe d’enseignants-chercheurs pluridisciplinaires de l’université Alassane Ouattara (UAO), conduisant ce projet, s’est attelé au cours de cet atelier de lancement à en préciser les objectifs et les motivations de leur travail. Cet atelier leur a également permis non seulement d’échanger avec les populations cibles pour avoir leur feed-back et leur perception sur le projet et son concept, mais aussi de faire l’état des lieux en termes d’expériences des parties prenantes à ce projet.

Quels sont les défis auxquels la ville de Bouaké doit faire désormais face après le retrait de l’ONUCI ? Quels sont les éventuels problèmes posés à la gouvernance administrative et politique de la ville de Bouaké suite à ce départ ? Quels sont les impacts de la fin du mandat de l’ONUCI sur la vie quotidienne de la population de Bouaké ? Quelles stratégies de résilience pour la population en termes de politique pour relever ces défis et pérenniser les acquis de l’ONUCI ?

Telles sont les principales préoccupations soulevées par ce projet intitulé « Le retrait de l’ONUCI de la ville de Bouaké : Défis et perspectives d’une gouvernance territoriale après une décennie d’assistance » qui bénéficie du soutien financier du Fonds d’appui à la recherche et à l’innovation (FONARI).

Le maire Djibo Youssouf Nicolas a saisi l’occasion de cet atelier pour exprimer la joie de la ville de Bouaké d’accueillir ce projet qui entend apporter des réponses aux préoccupations crées par le vide laissé par le départ de l’organisme onusien. Il n’a pas manqué non plus d’adresser ces vifs remerciements à l’équipe projet conduite par le professeur Henri Bah ainsi qu’à l’ensemble des enseignants et dirigeants de l’UAO pour l’intérêt qu’ils portent à tout ce qui touche au développement de la ville de Bouaké.

(AIP)

rkk