Cet article a été publié le: 25/06/22 7:59 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le rapport provisoire d’étude des filières anacarde et igname du Gontougo validé  

Bondoukou, 25 juin 2022 (AIP) –  Le réfèrent politique du projet d’Appui au développement économique et écologique des territoires ruraux (ECOTER), le troisième vice-président du Conseil régional du Gontougo, Kouakou Bio a procédé, vendredi 24 juin 2022, à la validation du rapport provisoire des filières anacarde et igname dans la région du Gontougo, initié pour accroitre leurs performances.

Ce document de référence élaboré par le cabinet “Promak Afric”, va permettre d’améliorer le bien être des populations après l’analyse les  segments de ces filières pour une meilleure productivité, par les parties prenantes présentes à cette rencontre, a soutenu M. Kouakou.

Ce rapport provisoire s’inscrit dans le cadre d’une convention via l’Agence française de développement (AFD) pour la mise en œuvre du projet ECOTER, dans l’optique d’améliorer les conditions de vie de la population, a affirmé le représentant du préfet de Bondoukou, Fulgence Yao Konan, lors de la cérémonie de clôture, à la salle du trésor de Bondoukou.

Dans ce cadre, les forces, les faiblesses, les menaces et les opportunités de ces deux filières ont été abordées. Au titre des recommandations, la valorisation de l’igname de la région, l’organisation de sa commercialisation et l’augmentation de la productivité de cette culture ont été proposées.

La création d’un cadre de promotion des produits dérivés de l’igame, la mise en place d’un fonds de soutien des initiatives de transformation de l’igname «  Kponan » et la construction d’un marché de gros et le renforcement des routes pour faciliter les sorties des productions ont été, également indiqués. .

Quant à l’anacarde, la transformation des noix de cajou par la création d’une zone agro industrielle dédiée dans la région, la valorisation des noix de cajou, la disponibilité des moyens de déplacement et un système institutionnel favorable au bon fonctionnement du marché, ont été exprimés, selon ce rapport.

Le secteur igname compte 538 992. Pour l’anacarde, le directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde (CCA), Adama Coulibaly avait déclaré, le 20 mai 2022, dans le cadre de la COP15  à Abidjan,  que le pays a atteint environ le million de tonnes en 2021 (exactement 966 000 T de noix de cajou commercialisées), faisant de lui, actuellement, le premier producteur mondial.

(AIP)

mnfa/kam