Cet article a été publié le: 18/06/21 15:46 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le retour de Laurent Gbagbo, “un espoir et une opportunité pour une vraie réconciliation nationale” (dépêche réaction)

Abidjan, 18 juin 2021 (AIP)- Le retour, jeudi 17 juin 2021, à Abidjan, de l’ancien président de la République, Laurent Gbagbo, suite à son acquittement définitif par la cour pénale internationale, est salué par les populations à Abengourou, Agboville, Bouaflé, dans un micro-trottoir réalisé par l’AIP, estimant que son retour constitue “un espoir et une opportunité pour une vraie réconciliation nationale”.

“Il était temps que le président Laurent Gbagbo rentre dans son pays pour que le dialogue pour la paix s’amorce”, a laissé entendre Serge Kouassi, exerçant le métier de menuiserie à Abengourou. Il soutient “qu’on ne peut pas faire la réconciliation à distance ni réconcilier des gens qui ne se voient pas. “C’est compliqué et même difficile de le réussir”, a-t-il fait remarquer.

Pour Awa Koné, tenancière de maquis dans cette localité, Laurent Gbagbo est un leader à la tête d’un grand parti. Il est écouté et jouit d’une certaine popularité. « Il est aussi un ancien chef d’Etat et cela peut jouer dans la réconciliation”, a-t-elle fait savoir.

Kalifa Ouattara, professeur au lycée moderne d’Abengourou, estime que le retour de Laurent Gbagbo et le symbole de l’union et des retrouvailles de tous les enfants du pays pour échanger sur les conditions de réconciliation et de paix définitive. Il demande toutefois que les Ivoiriens de mettent de côté leur ego et renoncent aux postures radicales qui sont des obstacles à la cohésion sociale.

Une vue de la vile d’Abengourou

Un autre enseignant à Agboville, Koussou Emmanuel, soutient que c’est une bonne chose que quelqu’un revienne dans son pays après dix ans d’exil. Qu’un ex-président ne soit plus en exil parce que la loi ivoirienne elle-même l’interdit, c’est encore une très bonne chose. Mais être Laurent Gbagbo et revenir sur la terre de ses ancêtres pour communier avec son peuple est encore mieux. Car cela peut participer à la paix et être le point de départ pour la réconciliation nationale.

Un notable de la chefferie traditionnelle de Grand Yapo, Assalé Kouassi Mao, a indiqué que le retour de président Laurent Gbagbo est salutaire à plus d’un titre, dans la mesure où, estime-t-il, c’est le chainon manquant du processus de réconciliation nationale.

L’esprit de tolérance des autorités actuelles a été salué, car il a permis ce retour. L’on déplore par contre les incidents qui ont émaillé l’évènement du fait de l’utilisation de bombes lacrymogènes par les forces de l’ordre, vis-à-vis des sympathisants de l’ancien président de la République.

le notable Assalé Kouassi Mao de Grand-Yapo

“Le retour de Gbagbo est salutaire. C’est ce que tout le monde attendait et je bénis le seigneur pour le président Alassane Ouattara, qui a tout fait pour que l’ex-président revienne au pays. Nous sommes dans la joie et remettons le reste entre les mains du seigneur et que ce pour quoi Laurent Gbagbo est revenu au pays se réalise “, a indiqué Pasteur Gourian Bi à Bouaflé.

“Je suis très content parce que le président est arrivé en Côte d’Ivoire. La réconciliation va avancer. J’appelle tout le monde à apaiser les cœurs pour que la réconciliation avance”, a souligné N’Guessan Koffi Jean Bernard.

“vraiment, nous sommes très heureux pour le retour de Gbagbo. En Côte d’Ivoire, on s’attendait à son retour pour que tous les ivoiriens se mettent ensemble pour le développement du pays. Tournons la page de la haine et ensemble oeuvrons pour la paix et la réconciliation “, a dit un autre pasteur à Bouaflé, Fié Marcelin.

“Il y a eu un temps pour la guerre, place maintenant pour la paix”, ont conclu les intervenants.

Accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité par la cour pénale internationale (CPI) suite aux violences électorales de 2010, et qui ont fait 3000 morts, l’ex-président Laurent Gbagbo a été définitivement acquitté, le 31 mars 2021 par la CPI.

Le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, lors du conseil des ministres, mercredi 7 avril, avaient fait savoir que Laurent Gbagbo et Blé Goudé, acquittés par la Cour pénale internationale (CPI) dans l’affaire de crimes contre l’humanité lors des violences post-électorales de 2010-2011, sont “libres de rentrer en Côte d’Ivoire quand ils le souhaitent”, non sans souligner qu’il avait “bien évidemment, une pensée émue pour les victimes et leurs familles”, à qui il a donné l’assurance de la compassion et du soutien de l’Etat.

Il avait en outre assuré que les dispositions allaient être prises pour que M. Laurent Gbagbo bénéficie conformément aux textes en vigueur, des avantages et des indemnités dus aux anciens présidents de la République de Côte d’Ivoire, de même que les frais de voyage de Laurent Gbagbo et ainsi que ceux des membres de sa famille seront pris en charge par l’Etat de Côte d’Ivoire.

(AIP)

nam/ns/yy/ask