Cet article a été publié le: 21/11/21 16:20 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le sous-préfet de Divo apaise la tension entre éleveurs et planteurs de Brabodougou

Divo, 21 nov 2021 (AIP) – Le sous-préfet central de Divo, Kouakou Hortense, est parvenu à ramener la sérénité entre planteurs du village de Brabodougou, à sept kilomètres du centre-ville, et les éleveurs de bœufs du village, a confirmé à l’AIP, samedi 20 novembre 2021, le président des jeunes, Dago Désiré.

Depuis des mois, la méfiance s’était progressivement accrue entre jeunes planteurs du village et les éleveurs de bœufs, qui sont pour la plupart des étrangers à qui des habitants du villages ont loué des portions de terrains, pour l’élevage de bovins.

La tension était vive ces dernières semaines, avec des risques d’affrontements, des menaces d’expulsions des éleveurs du village. Les jeunes du village reprochaient, depuis le mois de juillet 2021, aux éleveurs de laisser leurs bœufs détruire leurs plantations sans dédommagement, pendant qu’en face, ont-ils souligné, le responsable local des dix bouviers du village, Diallo O., affiche de l’arrogance.

« Tu tues un bœuf tu as des problèmes, mais les bœufs nous tuent, en nous affamant et on ne fait rien », a déclaré une des victimes des dégâts causés par les bœufs, Thierry Dago, à la réunion convoquée dans l’après-midi du vendredi 19 novembre 2021 par le sous-préfet, dans ses locaux.

« Il n’y a pas de problème sans solution. J’en appelle à la responsabilité de tous », a déclaré Mme Kouakou Hortense. Elle a invité les jeunes à respecter le chef du village, dont ils voulaient outrepasser l’autorité pour chasser de force les éleveurs du village. Au chef des bouviers, le sous-préfet a recommandé l’humilité et le respect du protocole signé avec les planteurs.

Elle a proposé un mois d’observation pour apprécier si les uns et les autres observent scrupuleusement les consignes données. Des sanctions seront prises à l’égard des fautifs, a-t-elle prévenu.

Le président des bouviers de la région, Niambélé Seydou, a auparavant demandé pardon aux planteurs de Brabodougou et proposé que les propriétaires terriens n’attribuent plus de parcelles de terrains pour l’élevage de bœufs, afin d’éviter les risques de destructions de plantations. Il a insisté sur le respect du protocole signé.

A la demande de propositions de solution de la part du sous-préfet, le président des jeunes et le secrétaire du chef du village avaient demandé l’enfermement des animaux dans des enclos. Devant la délicatesse de cette mesure, les conseils du sous-préfet ont semblé apaiser la situation, dont l’évolution, selon le président des jeunes, est actuellement à la décrispation.

(AIP)

jmk/tm