Cet article a été publié le: 21/09/20 11:11 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Le SYNEPPLACI menace d’aller en grève à compter du 30 septembre

Abidjan, 21 sept 2020 (AIP)- Les enseignants et les personnels non enseignants du privé laïc de Côte d’Ivoire décident d’une grève illimitée à compter du mercredi 30 septembre 2020, sur toute l’étendue du territoire, annonce un communiqué dont copie a été transmise lundi 21 septembre 2020 à l’AIP.

Le Syndicat national des enseignants et personnels du privé laïc de Côte d’Ivoire (SYNEPPLACI) ont pris cette décision à l’issue d’une assemblée générale tenue, le samedi 19 septembre à Abidjan.

Selon le secrétaire général, Camara Oumar, la grève sera ponctuée de « manifestations d’envergures, sans sommation, pendant toute l’année scolaire : sit-in, marches, grève de la faim, fermeture inopinée de certains établissements scolaires » jusqu’au règlement diligent des préoccupations afin que le salaire des enseignants et autres personnels du privé laïc soit effectivement revalorisé après 21 ans de salaire inchangé et deux mois de COVID-19 sans salaire.

Les enseignants et personnels non enseignant demandent leur droit et leur liberté syndicale dans les établissements scolaires, une nouvelle convention collective bloquée depuis 2002, ou encore l’augmentation des frais d’écolage par l’État avant de reprendre les négociations, tout comme la prise en compte et la libération effective de la cote part syndicale du privé, dans la répartition des prélèvements au profit des partenaires extérieurs des établissements privés laïcs du système éducatif national et la réintégration sans condition des enseignants et travailleurs, ainsi que tous les membres du bureau des sections syndicales, renvoyés simplement pour leur appartenance au SYNEPPLACI.

Les militants du SYNEPPLACI veulent le paiement du reliquat de 219,5 millions de FCFA de la spéciale dévaluation 1994-1995, due par l’État depuis 26 ans, un barème des salaires minima catégoriels conventionnels, la mise à jour des augmentations des salaires de 1994 et 1995, suite aux paiements par l’État et l’Union européenne (UE) de la spéciale dévaluation 1994 et 1995.

Ils réclament également une indemnité de logement au taux conventionnel de 15 % du salaire minima catégoriel conventionnel pour l’ensemble des enseignants et des personnels non enseignants des établissements d’enseignement privé laïc et non pour les anciens seulement.

Ils veulent aussi un arrêté portant revalorisation des barèmes des salaires minima catégoriels conventionnels 2015 dans le secteur de l’enseignement privé laïc au taux de 9 %, l’entièreté de leurs salaires de mars à août 2020 au même titre que les camarades enseignants fonctionnaires et contractuels privés dispensant des cours dans les écoles publiques.

Le SYNEPPLACI revendique 10 000 adhérents.

(AIP)

aaa/fmo