Cet article a été publié le: 6/08/21 11:02 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Les autorités préfectorales du Kabadougou appelées à s’approprier le centre local des opérations d’urgence

Odienné, 06 août 2021 (AIP)- La représentation Côte d’Ivoire de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle les autorités préfectorales du Kabadougou à tirer le plus grand bénéfice du centre local des opérations d’urgence, en tant qu’outil de veille pour disposer, en temps réel, des informations utiles dans une circonscription administrative des plus exposées aux risques liés à des événements de santé publique, de par son positionnement géographique.

Le conseiller national pour la prévention et le contrôle des maladies de l’institution, Dr Ambroise Ané, a lancé l’appel à la faveur d’une session de renforcement des capacités de réaction et d’intervention du Centre régional des opérations d’urgence de santé publique (COUSP), à Odienné. Une activité conduite dans un contexte de menace de la maladie à virus Ebola après sa récente résurgence en Guinée Conakry, frontalière de la région.

L’autorité sanitaire, relativement  à cette actualité, a souligné la nécessité pour les autorités préfectorales de s’approprier le COUSP qui, de par ses fonctions, apparaît, selon lui, comme « une chance » pour le Kabadougou.

« C’est votre outil qui doit pouvoir vous fournir les informations utiles au quotidien et en temps réel. C’est le COUSP qui doit vous permettre de savoir quelle sont les contingences qui sont en train d’être traitées, les opérations qui sont en train d’être déployées pour votre région. En gros d’avoir une vue d’ensemble sur l’état de santé de votre région », a-t-il fait comprendre.

Un rôle stratégique qui, selon Dr Ané, devrait entraîner l’équipe de l’administration  à  visiter régulièrement le COUSP et même exiger d’elle un rapport quotidien de la situation sanitaire comme c’est le cas avec la police et la gendarmerie concernant la sécurité.

Le COUSP du Kabadougou, démembrement de l’instance nationale, est l’outil régional de veille et de riposte contre d’éventuelles crises sanitaires à grande échelle, telles des  épidémies. Opérationnel depuis 2018, il est composé d’un personnel pluridisciplinaire, dont des acteurs de santé, appelés à intervenir en première ligne, le cas échéant.

Les exercices de simulation pour renforcer ses capacités de réaction et d’intervention viennent s’ajouter à une série d’initiatives en déploiement dans le Kabadougou, afin d’éviter une propagation et en même temps préparer la riposte, le cas échéant,  contre Ebola, depuis sa résurgence en Guinée voisine.

L’OMS a conduit l’activité, dans le cadre global de son appui au gouvernement ivoirien, en vue de la réalisation des objectifs de sécurité sanitaire mondiale. Notamment, en son volet préparation et suivi-évaluation des outils de veille et de riposte contre d’éventuelles épidémies que constituent le centre national des opérations d’urgence et ses démembrements régionaux.

(AIP)

kg/fmo