Cet article a été publié le: 25/09/20 10:09 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Les avantages de la culture du gingembre présentés aux populations de Bongouanou

Bongouanou, 25 sept 2020 (AIP)- Les avantages de la culture du gingembre ont été présentés aux populations de Bongouanou, lors d’un atelier organisé, jeudi 24 septembre 2020, par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural en collaboration avec le Fonds interprofessionnel pour la recherche et le conseil agricoles (FIRCA)

Le chef de la délégation, Eboua Jacques, a présenté la culture du gingembre comme une filière économiquement rentable et pourvoyeuse d’emplois. Cependant, a-t-il ajouté, cette filière souffre de trois grands maux en Côte-d’Ivoire. Il s’agit de la faiblesse du rendement, de l’insuffisance de structures de transformation et du manque d’organisation des acteurs de la filière.

Selon lui, cette culture est déjà encouragée et pratiquée dans plusieurs pays du monde tels que l’Amérique et l’Asie où les rendements sont respectivement de 47 et 40 tonnes à l’hectare.

“Certains pays d’Afrique notamment le Cameroun et la Sierra-Leone, ont des rendements respectifs de 25 et 23 tonnes à l’hectare. Nous sommes à neuf tonnes par hectare en Côte d’Ivoire parce que le domaine n’est pas encore maîtrisé”, a précisé M. Eboua.

L’Etat de Côte d’Ivoire entend organiser et de développer ce secteur par des recherches universitaires sur les variétés et par la mise en place d’une organisation interprofessionnelle agricole dans le but d’une relance totale.

Un comité local ad hoc composé de deux producteurs agricoles, d’un représentant des commerçants et d’un représentant des transformateurs a été mis en place. Il sera supervisé par le directeur régional de l’Agriculture, Silué Ninhinlô et secondé par le chef de zone de l’Agence nationale d’appui au développement rural (ANADER) du Moronou, Goré N’da Brou.

(AIP)

sa/tad/fmo