Cet article a été publié le: 27/10/21 4:15 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Les défis de l’institutionnalisation de l’évaluation au centre d’une conférence à Abidjan

Abidjan, 27 oct 2021 (AIP)- Plusieurs experts et spécialistes en évaluation réfléchissent à une conférence, ouverte le mardi 27 octobre 2021 à l’hôtel Pullman d’Abidjan, sur les défis d’une institutionnalisation de la pratique évaluative dans les pays d’Afrique Francophone, en vue d’assurer la réussite de leurs projets de développement.

“Nos Etats ont beaucoup de défis en matière d’atteinte des objectifs de développement durable (ODD); comment voir si les objectifs que nous nous sommes fixés ont été traduits en effets concrets auprès des populations? Les politiques publiques devrait bénéficier d’un dispositif d’évaluation dans chacun des Etats”, a expliqué la ministre ivoirienne du Plan et du développement, Kaba Nialé, à l’ouverture de cette conférence.

Placée sur le thème “La mise en œuvre des agendas de développement à l’aune des enjeux actuels : l’évaluation d’impact au cœur de la décision”, il s’agit d’une initiative du Centre CLEAR pour l’Afrique francophone (CLEAR FA) basée au  Centre africain d’études supérieures en gestion (CESAG), et du Programme de renforcement des capacités et d’évaluation d’impact en Afrique de l’Ouest (WACIE/3IE).

Pour Mme Kaba, l’évaluation étant un dispositif parfois assez lourd, ces travaux permettront durant trois jours aux participants, notamment des praticiens, universitaires, politiques, acteurs de la société civile, de s’interroger sur “comment procéder à la fois pour son institutionnalisation mais aussi la mettre à la fois efficacement en œuvre”.

“C’est un processus long à mettre en place, c’est pourquoi nous devons avoir des partages d’expériences et pratiques, regarder les meilleurs pratiques et faire des recommandations pour aller plus loin dans la formalisation et l’institutionnalisation de la pratique évaluative”, a-t-elle indiqué.

Le directeur général du CESAG, Pr Balibié Serge Auguste Bayala, a pour sa part relevé les défis de l’évaluation, souvent “perçue à tort comme un mécanisme coercitif de contrôle des agents opérationnels de terrain”.

M. Bayala a encouragé les décideurs et parties prenantes de l’évaluation a faire preuve de beaucoup de pédagogie, “pour que l’évaluation soit perçue, non pas comme quelque chose de coercitif, mais beaucoup plus comme un outil essentiel pour assurer les ajustements à la correction et atteindre les objectifs visés par nos autorités”.

Un plaidoyer partagé par la directrice stratégie et opérations du groupe d’évaluation indépendante du groupe de la Banque mondiale et PDG de CLEAR, Sophie Sirtaine, ainsi que l’évaluatrice générale par intérim de la Banque africaine de développement (BAD), Karen Rot-Münstermann, et le coordonnateur de WACIE/3IE, Déo Gracias Houndolo, qui ont chacun appelé à davantage de promotion de la pratique évaluative dans les Etats, basée sur des données probantes, pour l’atteinte des ODD à l’horizon 2030 et la réalisation de l’Agenda 2063.

(AIP)

tm