Cet article a été publié le: 18/09/20 1:54 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Les discours de haine et la prévention des conflits socio-politiques au centre d’un atelier à Agboville

Agboville, 18 Sept 2020 (AIP)- Une quarantaine de leaders des organisations de jeunesse et de femmes du  département d’Agboville prennent part, depuis le jeudi 17 septembre 2020, à un atelier dont l’objectif principal est de renforcer leurs capacités en matière de prévention des discours de haine et des conflits socio-politiques et communautaires, afin de booster leur implication dans les initiatives de paix au sein de leur communauté.

Initié par le PNUD et la Fondation Houphouët-Boigny(FHB) pour la recherche de la paix, en partenariat avec l’ONG internationale VERBATIMS, l’atelier, qui prend fin vendredi, devrait à terme, mener les participants à agir pour la paix en déconstruisant les préjugés et les stéréotypes qui nourrissent les discours de haine.

Mais aussi, en faisant la traque aux fausses informations relayées par les réseaux sociaux, a estimé pour sa part Ya Kouakou Jérôme, chercheur formateur au département de la paix, représentant le Secrétaire général de la Fondation FHB, Jean-Noël Loucou.

Ouvrant l’atelier, le préfet de région, Siendou Coulibaly et le représentant du ministère de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la lutte contre la pauvreté, ont abondé dans le même sens, appelant ces jeunes leaders d’opinion à s’appuyer sur la formation et les recommandations reçues, pour mener sans délai des actions vigoureuses dans leurs milieux respectifs, pour la prévention des discours de haine et les conflits socio-politiques.

Cet atelier s’inscrit dans un contexte lié à la préparation des élections en Côte d’Ivoire, et plus particulièrement la présidentielle d’Octobre 2020, qui s’accompagne de discours politiques clivants, voire haineux, ayant un fort impact chez les jeunes hommes et femmes dont la vulnérabilité s’est accrue dit-on, du manque d’opportunités économiques.

Ces messages polarisants amplifiés sur les réseaux sociaux, constituent une source potentielle de résurgence des tensions socio-politiques, qui pourraient à terme, fragiliser la cohésion sociale et affecter les importants acquis en matière de consolidation de la paix si l’on n’y prend garde, selon les organisateurs.

(AIP)

yy/tm