Cet article a été publié le: 10/09/20 17:49 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Les forces vives maliennes exhortées à laisser leurs différents de côté pour la refondation du Mali

Abidjan, 10 sept 2020 (AIP)- Le président du Comité national pour le salut du peuple (CNSP), le colonel Assimi Goita, a appelé, jeudi 10 septembre 2020, à Bamako, les forces vives à se donner la main pour la refondation de la Nation malienne, rapporte l’Agence de presse malienne (AMAP).

« Nous devons laisser nos différends de côté face à cette opportunité pour bâtir les jalons d’un Mali refondé sur le travail, l’efficience, la justice sociale, un Mali paisible, créatif et solidaire où il fait bon vivre », a-t-il déclaré, dans son discours d’ouverture des travaux de trois jours de la phase finale de la concertation, au Centre international de conférences de Bamako (CICB).

Le colonel Assimi Goita a déclaré que cette concertation est l’expression des aspirations légitimes du peuple pour la refondation de la nation et donc, « une occasion pour les forces vives de prendre en compte les préoccupations du moment et de l’avenir ».

« D’une manière générale, il s’agit de diagnostiquer, sans complaisance, les maux qui minent notre système démocratique afin d’adopter les mesures urgentes et nécessaires », a-t-il dit, en appelant à « l’esprit patriotique de tout un chacun pour l’adoption des bases des réforme politique et institutionnelle nécessaires à la refondation ».

Selon lui, cette opportunité est la meilleure chance pour le Mali de relever les défis. « Nous sommes condamnés à réussir pour les futures générations », a-t-il dit. Et de réaffirmer : «Je tiens à renouveler notre volonté de participer à la mise place d’une architecture de la transition et, cela, dans le strict respect de la volonté du peuple malien ».

La cérémonie d’ouverture était présidée par le président du CNSP, le colonel Assimi Goïta, accompagné de plusieurs membres du Comité. L’événement a regroupé l’ensemble des forces vives de la Nation avec la présence de l’autorité morale du M5-RFP, l’imam Mahmoud Dicko.

Plusieurs ambassadeurs étaient également présents, notamment ceux du Maroc, du Sénégal, de l’Algérie.

Cinq groupes de travail ont été constitués pour examiner la feuille de route et la Charte de la Transition.

La première étape de la concertation nationale sur la validation des Termes de référence (TDR) s’est tenue, samedi 5 septembre 2020, au CICB. À la fin des travaux, les propositions faites par les participants ont été soumises à un comité d’une vingtaine d’experts pour synthèse.

Les experts ont remis, mardi, le résultat de leurs travaux au CNSP. Il s’agit de deux documents, une feuille de route et une charte, remis au conseiller juridique du CNSP, Youssouf Z. Coulibaly.

(AIP)

sdaf/tm