Cet article a été publié le: 5/11/20 11:50 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Les jeunes et les forces de sécurité ensemble pour nettoyer les rues de Yamoussoukro

Yamoussoukro, 05 nov 2020 (AIP) – Une opération de nettoyage des rues de Yamoussoukro, la capitale politique de Côte d’Ivoire, est en cours depuis le jeudi 5 novembre 2020, mettant en scène les jeunes de différentes sensibilités politiques et les forces de sécurité dans toutes leurs composantes.

Il s’agit de débarrasser la ville de tous les détritus qui jalonnent encore ses artères après les folles journées d’avant et pendant le scrutin présidentiel, a-t-on appris.

« Aujourd’hui, c’est le lancement à partir duquel chacun ira dans sa communauté car il y a plusieurs artères à Yamoussoukro, au moins mille et tout le monde va s’impliquer », a indiqué le commandant du groupement 2 de Yamoussoukro, le lieutenant-colonel Gnangui Loba qui pilote l’opération en compagnie du préfet de police et le commandant de légion de la gendarmerie.

« Après les récents événements malheureux que nous avons connus, il était important pour toute la population particulièrement la jeunesse, les religieux et les forces de sécurité de se mettre ensemble pour laver la ville », a-t-il poursuivi.

Cette activité s’inscrit dans le cadre de la police de proximité qui, tout en brisant le mur de méfiance entre les forces de sécurité et les populations civiles, permet d’apaiser les rapports entre les différentes composantes de la société.

« Ce n’est pas parce que la police existe qu’il n’y aura plus de conflits. Notre rôle, c’est d’empêcher que les conflits s’enveniment. Si la police de proximité n’avait pas existé peut-être que la situation aurait été plus grave à Yamoussoukro », a expliqué le préfet de police de Yamoussoukro, le commissaire-divisionnaire Binaté Youssouf qui invite à féliciter les acteurs de la police de proximité.

« Grâce à ces comités, nous n’avons pas eu les débordements enregistrés ailleurs. Ici, on a essayé de préserver la vie et les biens des gens. En dépit de petits débordements, l’essentiel a été préservé à Yamoussoukro », a souligné M. Binaté.

(AIP)

gso/fmo