Cet article a été publié le: 28/09/21 20:04 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Les ministres en charge de l’élevage de la CEDEAO présentent les conclusions de leur conclave au premier ministre

Abidjan, 28 sept 2021 (AIP)- A l’issue de leur rencontre lundi 27 et mardi 28 septembre 2021 à Abidjan, les ministres en charge de l’élevage de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), ont présenté ce jour les conclusions de leurs travaux au Premier ministre Patrick Achi.

« Nous sommes venus voir le Premier ministre pour lui présenter les civilités et surtout lui dire merci pour la commodité mises à notre disposition. La solidarité, la promptitude de la Côte d’Ivoire à marquer cette solidarité a été fortement appréciée et c’est ce que nous sommes venus lui exprimer. Nous avons profité pour lui présenter toutes les nouvelles stratégies qui ont été développées par les différents participants à cette réunion », a déclaré le ministre délégué de l’Agriculture et de l’Alimentation du Ghana, Tufeiru Mohammed Hardi qui a présidé cette réunion.

Les ministres en charge de l’élevage de la CEDEAO ont adopté deux règlements dont l’un portant création d’un fonds d’urgence régional dédié à la prévention et au contrôle des maladies animales transfrontalières et des zoonoses dans la région.

Le commissaire en charge de l’agriculture et de l’environnement de la CEDEAO, Sékou Sangaré, a indiqué que les deux règlements adoptés sont relatifs d’une part au mécanisme régional pour la prévention et le contrôle des maladies animales transfrontalières et des zoonoses en Afrique de l’ouest et d’autre part à la création d’un guichet au sein du Fonds régional pour l’agriculture et l’alimentation (FRAA), déjà logé à la BIDC.

La Réunion de haut niveau du Comité technique spécialisé de l’alimentation et de l’agriculture de la CEDEAO (CTSA) a également validé les cinq documents stratégiques qui lui ont été soumis suite à la 7e réunion technique des réseaux en santé animale qui s’est achevée le samedi 25 septembre à Abidjan.

Ces documents concernent la Stratégie sur la santé animale et le bien-être animal, la Stratégie d’identification et de traçabilité du bétail de la CEDEAO (ECOLITS), la Stratégie d’éradication et de prévention de la Peste des petits ruminants (PPR) à l’horizon 2030, la Stratégie d’éradication de la rage transmise par les chiens à l’horizon 2030, et la Stratégie sur le contrôle des trypanosomiases animales et des maladies transmises par les tiques.

Les ministres ont également insisté sur la nécessité de rechercher la synergie entre les plans d’actions aux niveaux régional et national, et sur la nécessité de disposer d’un mécanisme de suivi-évaluation de la mise en œuvre des décisions.

Ils ont affirmé leur adhésion à l’initiative d’interdiction de maltraitance des animaux en général et de l’abattage des ânes en particulier, et confirment l’alignement des stratégies nationales à celles régionale et mondiale d’éradication de la PPR.

Au total, les 15 Etats membres ont pris part soit en présentiel, soit virtuellement y compris le Mali et la Guinée, à cette réunion, a indiqué Sékou Sangaré, « parce qu’il s’agit de maladies animales transfrontalières qui n’ignorent pas les crises, au contraire ce sont des foyers importants que nous devons tous traiter ensemble ».

Il a indiqué que le « Premier ministre ivoirien, Patrick Achi a promis d’apporter tout son appui pour que le gouvernement de la Côte d’Ivoire puisse faire davantage pour la mise en œuvre des décisions qui ont été prises, pour que tous les Etats membres travaillent activement la main dans la main pour lutter contre les maladies transfrontalières ».

(AIP)

gak/fmo