Cet article a été publié le: 24/05/21 14:11 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ Les organisateurs satisfaits de la première édition du festival des arts, de la culture et du tourisme de Zuénoula

Zuénoula, 24 mai 2021 (AIP)- Les organisateurs se disent satisfaits du bilan de la première édition du festival des arts, de la culture et du tourisme de Zuénoula (FACTZ) tenue à la place publique de la ville en présence des autorités politiques et administratives ainsi que les chefs traditionnels et les responsables de femmes et de jeunesse.

Malgré le déficit de moyens, le bilan, pour une première édition du festival des arts de la culture et du tourisme dont le lancement a eu lieu officiellement lancé le 20 mai 2021, est jugé “globalement satisfaisant” aux dires des initiateurs.

Placé sous le patronage du président du conseil économique, social, environnemental et culturel, de Dr Aka Aouélé, la présidence du ministre d’État, ministre des Affaires étrangères de l’Intégration africaine et de la Diaspora et le parrainage du ministre de la Culture, de l’Industrie des arts et du spectacle, le festival s’est effectivement déroulé du 20 au 22 mai 2021.

Organisé par la Fondation Afrik’Orizon en collaboration avec le bureau Unesco Abidjan pour faire la promotion du Zaouli, masque et danse mythiques en pays gouro, ce festival a tenu en haleine les populations du département de Zuénoula trois jours durant, de jour comme de nuit.

Selon le directeur artistique du festival, Léandre Nali, ce sont autour de 1500 à 2000 personnes en moyenne qui ont été mobilisées par jour sur la place publique, site choisi pour le spectacle.

Environ 100 artistes, pour la plupart Gouro, ont animé le festival qui est en passe d’être inscrit dans le budget de la maire. D’ailleurs, les autorités administratives promettent d’offrir un bâtiment qui servira de siège au plan local.

Des résultats à mettre à l’actif de la mobilisation “exceptionnelle”, selon le commissaire général du festival, Touré Issouf, qui a fait le constat que la population de Zuénoula avait hâte de voir ce genre de spectacle. Il s’est réjoui de la réalisation du projet, car si dans deux ans, rien n’est fait pour promouvoir le Zaouli, l’Unesco pourrait prendre la décision de ne plus le reconnaître comme faisant partie de son patrimoine. C’est là tout le sens qu’il faudra accorder à la création de festival, a ajouté le commissaire général.

Deux conférences sur les thèmes “le Zaouli, facteur de paix et de cohésion sociale” et “l’alliance à plaisanterie” ont animé le festival, pour mettre en lumière le volet instructif du festival.

La deuxième édition est prévue pour 2022 à la même période.

AIP

Akr/kp