Cet article a été publié le: 13/09/20 19:34 GMT

Côte d’Ivoire-AIP / Les populations de Gbonné et Gandié sensibilisées sur la profanation des forêts et conflits identitaires

Man, 13 sept 2020 (AIP) – L’association Initiatives pour le développement communautaire et la conservation de la forêt (IDEF) a sensibilisé du vendredi 11 au dimanche 13 septembre 2020, les populations de Gbonné et Gandié sur la profanation des forêts et les conflits identitaires.

Les différentes communications ont été faites autour du thème « Participation des jeunes à la prévention et à la gestion des conflits identitaires liés à la profanation et à l’exploitation des forêts sacrées dans le département de Biankouma en Côte d’Ivoire ». 

« Pour freiner les infiltrations et la profanation des forêts sacrées, et donc renforcer la cohésion sociale, il est fondamental de renforcer la sensibilisation sur l’importance des forêts sacrées en valorisant leur richesse et leur rôle, ainsi que l’implication des communautés rurales à travers le renforcement des capacités sur la gestion durable, en offrant des alternatives comme des activités génératrices de revenus (AGR) et de développement communautaire », a  expliqué l’assistant technique  de l’Ong IDEF, Kpenahi Daleba Raymond Bernard.

Ces journées de sensibilisation réunissant autorités locales, chefferie traditionnelle et populations, ont été ponctuées de tournoi de football inter-communautaire masculin et féminin, de concours culinaire ainsi que des scènes de théâtre animées par les enfants des écoles primaires.

« La protection de nos forêts sacrées est mise en péril à cause des exploitations agricoles.  C’est pour cela qu’il y a eu des incidents dans notre département. Donnez des conseils à notre jeunesse afin d’œuvrer pour la préservation de nos forêts sacrées. Parce qu’il y a beaucoup d’activités et des faits culturels qui sont derrière ces forêts-là, pour rien au monde, elles ne sauraient être bradées », a soutenu à Gbonné le sous-préfet de Gbangbégouiné, Ouattara Gervais, représentant le préfet du département de Biankouma.

La mise en œuvre de ce projet qui bénéficie de l’appui technique et financier du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) ainsi que du Fonds de consolidation de la paix des Nations unies, en partenariat avec la direction régionale des eaux et forêts, doit selon les initiateurs impliquer 200 jeunes à Gbonné ainsi qu’a Gandié. Ces derniers bénéficieront d’activités génératrices de revenus, en lien avec la mise en place de comités de surveillance et  de protection de la forêt.

(AIP)

amak/kam